EME, envie de manger émotionnelle.

Publié le par teparlerdemavie

Devils food Cupcakes by Svampkungen

 

L'acte de manger n'est pas seulement un moyen de nourrir son corps, de lui donner le carburant nécessaire dont il a besoin pour vivre mais aussi un acte d'amour, une source de plaisir et d'échange.

 

Pour un mangeur régulé, la vision épicurienne de l'acte de manger ne pose aucun problème. Mais la nourriture devient une source de préoccupation lorsqu'elle est associée aux émotions.

 

La plus grosse difficulté des mangeurs émotionnelles est de parvenir à gérer leurs émotions autrement que par la nourriture. Parce qu'alors nous ne mangeons plus par nécessité ou par esprit de convivialité mais pour combler une émotion. La nourriture devient objet de récompense, de réconfort, d'apaisement, de divertissement, de punition, de protection...

 

Qui ne s'est pas vu avaler un paquet de gâteaux par ennui, engloutir un litre de glace par dépit, finir une tablette de chocolat pour calmer une colère ou anesthésier une émotion trop forte ?

 

Cette incapacité à gérer nos émotions peut causer des dégâts considérables sur notre régulation.

 

Comme beaucoup de femmes, j'ai connu ces moments où la nourriture était la seule solution pour ne pas m'effondrer, me noyer, pour me forger une sublime carapace et pour palier à tous les événements difficiles de la vie.

 

J'étais devenue intolérante à toute émotion.

 

Et lorsque j'ai découvert que la plupart de mes prises alimentaires faisaient suite à des envies de manger émotionnelles, je me suis posée plein de questions.

 

-Pourquoi la nourriture est-elle ma solution pour gérer une émotion ?

-Quelles émotions me poussent à manger ?

-Quelles solutions puis-je mettre en place pour changer d'attitude ?

-Suis-je prête à changer ?

 

Pour cette dernière question, j'avais conscience qu'il allait me falloir affronter certaines de mes peurs en face. La nourriture me permettait de me constituer un bouclier pour rester forte et courageuse, de bâtir un mur entre moi et mes faiblesses.

 

Une fois les questions posées, il me fallait trouver des solutions et je savais que ça n'allait pas être simple. On n'efface pas des années de compulsions émotionnelles en un claquement de doigts.

 

J'ai commencé par lister ce que je pouvais faire d'autre que dévaliser le frigo et lorsque une EME décide de squatter mes pensées (obsession quand tu nous tiens!), je sors cette liste et j'essaie de trouver ce qui pourrait m'en détourner à cet instant précis (remplacer une envie, celle de manger, par une autre).

 

Il est important de noter, au fur et à mesure les idées qui nous viennent car le moment venu, rien ne semble pouvoir nous détourner de ce besoin de manger. Pour ma part, je sais qu'en pleine crise, rien ne me tente et sans cette liste, je ne résisterais pas à l'appel du ventre.

 

A vous de trouver des solutions efficaces.

 

Ça peut être :

 

-Se plonger dans un roman prenant.

 

-Sortir de chez soi, aller voir une amie, faire du shopping. Souvent, agir pour soi, pour son plaisir nous revalorise. S'acheter un vêtement qui nous met en valeur est toujours bon pour le moral et l'envie de nous faire du mal en compulsant disparaît.

 

-S'occuper l'esprit en entamant une activité que l'on apprécie particulièrement. Ça peut être le tricot, le bricolage, la peinture, la photographie... peu importe, du moment que vous faites ce que vous aimez.

 

-Écrire. Notez dans un carnet tout ce qui vous passe par la tête, vos colères, vos envies, vos frustrations...

 

-Regarder un film qui vous donne la pêche.

 

-Réveiller son envie de prendre soin de soi. Parfois, il me suffit de m'offrir une crème pour le corps, pour retrouver le plaisir de m'occuper de moi.

 

-S'offrir un soin en institut. Une parenthèse de douceur dans un monde de brutes.

 

-Mettre ses écouteurs sur ses oreilles, dégainer son MP3 avec nos chansons préférées, celles qui font bouger, et danser au milieu de son salon. Se lâcher complètement et se sentir vivante.

 

-Sortir marcher ou courir.

 

-Aller au cinéma. Même seule, ce sera justement l'occasion d'aller voir un film que notre chéri n'aurait pas daigné voir en notre compagnie.

 

-Méditer ou faire des exercices de pleine conscience. Exemple : Je me pose et je laisse les émotions monter en moi. Elles enflent puis s'atténuent d'elles-mêmes. Je peux aussi visualiser chaque partie de mon corps, des pieds au crâne, m'attarder sur les organes qui semblent noués, observer ce qui me vient à l'esprit sans chercher à comprendre ni résoudre les conflits internes.

 

 

Et si rien ne vous détourne de votre EME, l'accepter.

 

J'ai besoin de manger : je me donne le droit de manger sans aucune culpabilité parce que je sais que je ne suis pas en capacité de faire autrement. Je ne me fustige pas et au contraire, je me console, je suis bienveillante envers moi.

 

Il faut du temps pour parvenir à ne plus se laisser déborder par nos EME. Parfois, ça fonctionne, elles disparaissent, nous fichent la paix mais parfois, elles ne nous quittent pas.

 

Et lorsqu'on sait que rien n'est dramatique à partir du moment où l'on a appris à se réguler, on reprend confiance en soi. Et la confiance est l'un des principaux moteur de la régulation. On enclenche ainsi un cercle vertueux.

 

 

Commenter cet article

Sandy et son Univers 07/11/2012 12:02

Je trouve l'idée pertinente. A tout hasard aurais tu un bon bouquin à me conseiller sur le sujet ? As tu lu des ouvrages qui t'ont aidé en ce sens ou sur ta méthode zermati ? Merci

teparlerdemavie 07/11/2012 16:14



"Gérez vos émotions, perdez du poids" de Roger Gould (bouquin très intéressant) et "Maigrir sans régime" de Zermati (ma bible).


 



Le Blog de la Peste 18/10/2012 04:51

J'ai souvent peur de mes émotions, du coup je mange. Depuis fin août, j'essaye de me pardonner (de tout ?) et d'accepter d'être triste. Ou heureuse. Ou juste dans l'ennui. Cela fonctionne. Même si
parfois je culpabilise encore... De manger sans avoir faim, juste par gourmandise.

teparlerdemavie 18/10/2012 09:51



La culpabilité est un vrai fléau! Faut qu'on arrête définitivement avec cette fichue culpabilité! Et je suis bien d'accord avec toi pour les émotions : il faut les accepter!



Cécile MdL 17/10/2012 16:13

Que te dire, juste merci pour ton article !
Bien que je n'aie pas de problèmes de poids, j'ai néanmoins un rapport bizarre avec la nourriture et cet article répond parfaitement à certaines questions que je me posais sans m'en rendre compte !

teparlerdemavie 17/10/2012 17:39



Je suis contente qu'il ait pu t'aider. ça m'encourage à poursuivre mes articles. Bises



Lou 17/10/2012 14:14

Cet article m'interpelle tout particulièrement, moi qui souffre de TCA depuis des années. Aujourd'hui, mes troubles se sont largement amoindris mais j'ai toujours "besoin" de manger en cas de
stress ou d'émotions anxiogènes... J'essaie de ne pas me culpabiliser lorsque je "craque" (rien que le mot est culpabilisant !) mais ce n'est pas encore évident...

teparlerdemavie 17/10/2012 17:39



Oui, c'est pas facile, il faut du temps pour s'en sortir. Et ça passe vraiment par zéro culpabilité. On fait du mieux qu'on peut. Bises



chantal 16/10/2012 21:41

Félicitations pour votre blog. Depuis hier je lis vos posts sous la rubrique de A à Z c'est passionnant tout est décrit de façon véridique. Même si je suis loin de la boulimie je suis en panne de
la satiété et de la fin de la faim. Il faut toujours réfléchir et se demander si j'ai faim ou pas. Donc quand je suis dans un repas où il y beaucoup de monde c'est terrible j'oublie. et je
culpabilise. Quel travail permanent tout ça à cause d'une éducation où on finissait les plats où il ne fallait rien jeter etc...
Donc merci pour vos témoignages c'est réconfortant.

teparlerdemavie 17/10/2012 00:15



Oui, notre éducation est en partie responsable de nos troubles. Il faut se défaire de ses anciennes habitudes ou croyances et se créer de nouvelles, plus juste pour notre corps. 


La satiété, il faut parfois du temps pour la percevoir mais on finit toujours par y arriver.


Pour mon blog, je parle de mon ressenti et je crois que nous sommes nombreuses à avoir vécu des choses similaires.


Merci à toi. Bises



Cicciotella 16/10/2012 21:15

Impossible pour moi de les juguler en ce moment.
Je suis frustrée en permanence et je ne tiens que grâce à ça.
Dès que ça sera plus calme, je sais qu'elles vont disparaître quelques temps.

teparlerdemavie 17/10/2012 00:12



Oui, parfois il faut savoir laisser passer l'orage. C'est comme ça, on y peut rien, c'es plus fort que nous. Ne pers pas courage. Bises



ange-line 16/10/2012 15:10

un peu la même méthode que pour arrêter de fumer ... moi faudrait que je fasse les deux plus de clope plus de mal bouffe, là en ce moment j'y pense vraiment mais j'attend d'être prête autant
physiquement que moralement , très intéressant ton billet bizzzz

teparlerdemavie 16/10/2012 19:26



Heureusement pour moi, je ne fume pas! Ouf! Un (méga) soucis en moins!



La Ronde 16/10/2012 09:49

Moi, je n'arrivais pas à m'empêcher de manger et à détourner mon attention.

Quant à la pleine conscience de mes émotions, ça me faisait flipper !

Alors, j'ai décidé de ne plus culpabiliser de manger. Lorsqu'une émotion me prenait, je tentais de résister un peu, puis, je me dirigeais vers mon paquet de "crasse" (qu'importe, celle dont j'avais
envie), puis, je le savourais. Un par un. M'imprégnant du réconfort que la crasse me procurait.

Je me suis surprise à avaler un ou deux biscuits plutôt que le paquet entier... C'est comme ça que j'ai pu commencer à gérer.
De là, la pleine conscience a été moins anxiogène, puisque je pouvais manger !

Maintenant, c'est pas encore gagné, mais c'est en bonne voie de guérison ! :)

teparlerdemavie 16/10/2012 10:24



Oui, tu as fait le bon choix. Quand il nous est impossible de s'empêcher de manger, le mieux est de l'accepter (j'ai encore des périodes comme ça). Et tu vois par toi-même qu'au final, tu
parviens à apaiser ces EME sans vider un paquet entier de gâteaux.


Merci pour ton témoignage, très intéressant. Bises



Marcelle 16/10/2012 09:47

C'est bizarre mais je n'ai jamais été grignoteuse mais ces derniers temps j'ai tout le temps envie de manger... Et pas des carottes, hein ! Faut que je me reprenne. Même si je continuerai à me
faire plaisir, évidemment

teparlerdemavie 16/10/2012 10:19



Il faut aussi savoir que l'automne et le printemps sont des périodes où notre envie de manger est plus forte (généralement octobre et mars sont plus compliqués à gérer. On a souvent des
fringales). Il faut aussi savoir l'accepter et être à l'écoute (encore plus que d'habitude) de ses sensations. Bises



Laetibidule 16/10/2012 09:20

Je suis , malheureusement, complétement là dedans : je mange quand je m'ennuie, quand je suis frustrée, en colère ou triste. Parfois, j'arrive à me raisonner et parfois non.
Pas vraiment évident, j'ai tendance à étouffer la cocotte minute sur le point d'exploser sous du chocolat !!!
Petit à petit , j'arrive à me canaliser, mais j'ai encore du chemin à faire.
Entre besoin, envie, et plaisir de manger, je me perd parfois !!!
Bonne journée !!!

teparlerdemavie 16/10/2012 10:17



Je vois tout à fait ce que tu veux dire. Il y a des périodes où rien ne peut nous détourner de la nourriture, c'est vraiment usant à la longue. Mais parfois, c'est le 1er pas (le plus difficle)
qui enclenche une période meilleure. C'est pour cela qu'il est important de tenter de trouver ce qui pourrait combler notre émotion autrement. Et à force, notre cerveau nous envoie des signaux
différents. Tout à coup, on a envie de musique, de sortir, bouger, toute autre chose que manger.


Mais ça demande un peu d'effort au début et parfois c'est au-dessus de nos forces mais le principal est de ne pas culpabiliser. Bises



Corinne (Couleur Café) 16/10/2012 09:13

Très instructif !

teparlerdemavie 16/10/2012 10:12



Je sais que beaucoup souffrent d'EME, j'essaie de partager quelques unes de mes solutions. Bises



corinne 16/10/2012 09:10

Tu as entièrement raison sur tous les points. il ne faut surtout pas culpabiliser , pour enrayer l'envie de manger compulsive je cherche moi aussi des solutions, je m'occupe de moi, un petit masque
ou une sortie shopping.... mais sans ma carte bleue car c'est le moment le plus délicat compenser l'envie de manger par du shopping c'est excellent pour le moral mais horrible pour les finances
!
j'ai une autre solution, lire les articles des blogs que j'aime comme je le fais ce matin ! Tes articles m'enchantent à chaque fois ! à bientôt

teparlerdemavie 16/10/2012 10:12



ça n'est pas évident de remplacer un réflexe aussi tenace que manger par une habitude plus "saine" (ou moins caloriques, dirons-nous).


Pour la lecture des blogs, tu as raison, d'ailleurs je vais le rajouter à ma liste. Bises