Faim ou fausse faim?

Publié le par teparlerdemavie

200422918-001.jpg

La faim, tout comme la satiété est parfois difficile à reconnaître. Ça peut paraître idiot, tout le monde sait quand il a faim ou non!

 

Et bien non!

 

Il suffit d'avoir passé quelques années au régime, en restriction, à manger à des heures fixes, faim ou non, à se priver alors qu'on avait faim... pour détraquer la belle machine et ne plus savoir exactement à quoi ressemble une vraie faim.

 

Alors à quoi ressemble la faim et comment la différencier de la fausse faim (qui pourrait se définir comme une envie irresistible de manger. Et avoir envie de manger, ne veut pas que nous avons faim).

 

La vraie faim est une faim organique, le corps a épuisé son énergie et il a besoin de renouveler ses ressources. On peut la comparer à une voiture qui consomme de l'essence. Si vous roulez, vous finirez par devoir remplir votre réservoir sinon ce sera la panne sèche.

 

La faim se présente sous différentes formes : elle commence souvent par des gargouillis de l'estomac et augmente progressivement jusqu'à se transformer en crampes. Elle peut aussi apparaître sous forme de maux de tête, sensations de tournis, de faiblesse physique...

 

Lorsqu'une faim est réelle, on peut la satisfaire avec n'importe quel aliment. On s'imagine se régaler aussi bien avec une bonne assiette de ratatouille qu'un plat de frites. Des légumes nous paraîtront aussi appétissants que n'importe quel aliment dont on est adepte.

Une vraie faim ne doit pas être douloureuse, si vous en êtes au stade des crampes, c'est que vous avez trop attendu. Il faut toujours manger avec une faim moyenne pour ne pas se précipiter sur la nourriture et ne pas se gaver pour faire passer cette désagréable sensation de faiblesse.

 

La faim « idéale », c'est lorsqu'on se met à table, devant une belle assiette et qu'on mange calmement en dégustant son plat avec plaisir. Si la faim est trop pressante, on ne pourra jamais ou alors avec des tonnes de patience, profiter pleinement de son plat et le manger en pleine conscience.

 

La faim augmente peu à peu, notre cerveau nous envoie des signaux nous précisant qu'il est temps de manger et si vous ne les écoutez pas, il va continuer à vous lancer des signaux de plus en plus forts.

 

Mais attention, si vous n'écoutez jamais ces signaux, le cerveau finit par se lasser et comprenant que ça ne sert plus à rien, ne vous enverra plus ces signaux distinctifs (c'est ce qui se passe dans les cas d'anorexie). Il y a alors danger pour votre santé.

 

Chaque individu ressent la faim à sa manière, il peut ressentir d'abord un creux dans l'estomac qui va augmenter au fil du temps. Il peut se sentir de plus en plus faible, voir son attention diminuer, ou son agressivité augmenter. D'ailleurs certaines personnes disent qu'il ne faut pas venir les chatouiller quand ils ont faim.

 

Si vous mangez avec une faim légère, vous mangerez peu pour combler votre satiété et vous aurez surement faim 2-3 heures plus tard (ça n'est pas un problème si vous avez la possibilité de manger quand vous le souhaitez)

 

Si vous mangez avec une faim moyenne (ce qui est recommandé par zermati et Apfeldorfer), vous aurez faim environ 4h plus tard

 

Et si vous mangez avec une faim importante, il y a de grandes chances de manger au-delà de sa satiété et vous aurez surement faim bien plus tard.

 

Attention à l'estomac sans fond. Lorsqu'on attend très longtemps avant de manger, on peut ressentir une faim insatiable (ce qu'on appelle un estomac sans fond car on peut manger indéfiniment sans ressentir la satiété). Dans ces cas-là, il est recommandé de manger une portion et de laisser passer un peu de temps avant de poursuivre ou non. La faim va se calmer et vous pourrez ainsi manger votre fromage ou dessert (si vous ressentez encore la faim) en toute sérénité. Sinon, vous attendrez que la faim revienne pour remanger de nouveau.

 

Manger trop n'est jamais grave! Ça n'est pas la peine de se morfondre si on a dépassé sa satiété car il suffit juste d'attendre d'avoir de nouveau faim pour remanger.

 

La fausse-faim!

 

La fausse-faim est plus compliquée à percevoir et au début, on confond souvent faim et fausse faim.

 

Une fausse faim apparaît soudainement alors qu'une faim organique se développe lentement. Elle réclame souvent une nourriture immédiate contrairement à la faim organique qui est capable d'attendre avant d'être apaisée.

 

La fausse faim fait souvent suite à une émotion et elle réclame un type précis d'aliments pour être apaisée. On aura que faire de l'assiette de ratatouille, on ne pensera qu'aux frites, beignets, chocolats... des aliments précis, lesquels, on le sait comblera cette émotion. Si votre faim est compulsive, seule votre aliment chouchou vous fera envie et la comblera.

 

La fausse faim déclenche souvent un sentiment de culpabilité, d'avoir mal agi et nous fait promettre qu'on se comportera mieux la prochaine fois alors qu'une vraie faim nous donne un sentiment de bien-être sans aucune culpabilité, on s'est fait plaisir et on est bien avec soi.

 

La fausse faim résulte souvent d'un déclencheur émotionnel alors que la faim organique d'un besoin physiologique.

 

Quand vous apaisez une fausse faim, vous mangez de façon frénétique et /ou machinale avec ce besoin de vous remplir pour calmer une émotion (colère), combler un sentiment (ennui, insécurité).

 

Comment différencier les 2 faims.

 

Lorsque la faim commence à apparaître :

 

-Demandez-vous si vous vous sentez capable d'attendre pour la satisfaire. Si la réponse est oui, il s'agit d'une vraie faim, si la réponse est non et que vous voulez manger de suite, de façon irrépressible, c'est qu'il s'agit surement d'une fausse faim.

 

-Essayez de percevoir dans quel état émotionnel vous vous trouvez. Si vous vous sentez en proie à une émotion forte, il y a de grande chance qu'il s'agisse d'une fausse faim. Si vous vous sentez bien, avec juste un creux à l'estomac qui grandit peu à peu, il s'agit surement d'une vraie faim.

 

Attention de ne pas confondre douleurs et faim. Souvent (je l'ai moi-même souvent remarqué) lorsqu'on ressent une douleur (au niveau de l'estomac, intestins...) on pense avoir faim et on a tendance à manger surtout si on s'aperçoit que manger calme ces douleurs (lors de remontée acide par exemple).

Dans ce cas, il vaut mieux se traiter contre la douleur plutôt que de manger sans faim et surcharger son organisme inutilement.

 

Ça peut paraître si évident pour certains mais je vous assure que pour beaucoup, ça tourne au casse-tête!

 

Au début de l'apprentissage de la méthode, si l'on n'est pas sure qu'il s'agisse d'une vraie ou fausse faim, on peut faire le choix d'attendre un peu pour voir comment évolue cette faim.

 

Et ne jamais oublier que rien n'est catastrophique, il ne s'agit pas d'un régime, il n'y a donc pas de compensation à faire.

 

Ne jamais réduire automatiquement ses portions au repas suivant sous prétexte qu'on pense avoir trop mangé au repas précédent. Ne jamais choisir de façon consciente (en faisant appel à son esprit plutôt qu'en faisant confiance à son corps) un plat diététique pour compenser un repas précédent trop dense...

 

Si vous mangez avec faim et vous arrêtez à satiété aucun aliment ne vous fera grossir.

Commenter cet article

Rudy 16/12/2015 11:17

Merci pour ces conseils

teparlerdemavie 21/02/2016 10:07

De rien. Bise

Choupie 04/07/2011 13:23


Quel dilemme ! Bisous, bisous


teparlerdemavie 04/07/2011 13:49



Tu l'as dit! Mais avec le temps on retrouve ses repères.


Bisous choupie!



Glycine blanche 04/07/2011 11:53


Merci pour cet article qui m'ouvre l'appétit... ça doit être mon état émotionnel... Bonne semaine !


teparlerdemavie 04/07/2011 12:54



Bon appétit alors... et bonne semaine à toi aussi!



Vir 04/07/2011 09:26


Franchement cet article va beaucoup m'aider... Je fais partie de celles qui ne savent pas différencier la vraie de la fausse faim... Du coup je grignote tout le temps... c'est la misère!


teparlerdemavie 04/07/2011 09:29



Rassure-toi, tu n'es pas la seule. Je galère aussi beaucoup mais je progresse un peu chaque jour.



Colinette 04/07/2011 09:08


Serais tu ma nutritionniste ? L'an passé j'ai consulté et c'est ce qu'elle ma expliqué. C'est très bon à savoir. Elle m'a demandé de me prêter à une expérience : la prochaine fois que je mangerais
je devrais avoir faim. Elle m'a dit que ça pouvait prendre du temps. Effectivement, j'ai pris mon repas 2 jours plus tard (mais sans vraiment avoir faim, juste peur de ne pas tenir le coup). Je
n'ai toujours pas la sensation de faim même si je suis à l'écoute d'autres signes...


teparlerdemavie 04/07/2011 09:23



Euh, non, je ne suis pas ta nutritionniste  Je pense qu'elle suit tout simplement les principes de zermati.


Il est parfois difficile de reconnaître la faim. Au fil du temps on apprend à se connaître (il faut être à l'écoute de son corps et des signaux qu'il envoie) et tu réaliseras comment ta faim se
manifeste.



MamanKoala 04/07/2011 08:58


Je vais mettre de ce pas ton blog en favori, enfin une copinaute qui suit les préceptes de zermati & apfeldolfer !!!

C'est suffisamment rare pour le faire remarquer :) La faim psychologique est difficile à combler , je remarque que quand je stresse ou autre & que je mange par fringale psychologique je ne suis
jamais rassasiée, j'ai toujours cette angoisse & cette pseudo faim ...
J'ai pris le parti désormais de boire de l'eau à la place pour être sûre que c'est réellement de la soif !


teparlerdemavie 04/07/2011 09:25



Merci mamankoala.


Je pense qu'il est difficile de se débarrasser d'une faim psychologique. Il faut apprendre à la gérer autrement.


Ce sera l'objet de mon prochain post car ce sont des difficultés que l'on rencontre souvent.