La méthode Zermati.

Publié le par teparlerdemavie

41EJNFVYWJL._SS500_.jpg

 

Depuis 2 semaines, j'ai commencé la méthode zermati et pour le moment, ça me réussit plutôt bien (1 kilo en moins sur la balance, sachant que ces derniers mois, je ne faisais que grossir, autant dire que ça tient presque du miracle.)

 

Dans ses différents ouvrages, Zermati explique que nous mangeons trop souvent pour des raisons autres que la faim... alors qu'il n'y a qu'elle qui devrait nous guider.

 

-Nous mangeons par habitude : il est l'heure, on se met à table, faim ou non.

-Nous mangeons par envie : je vois un gâteau sur la table, je le veux!

-Nous mangeons pour combler une émotion : je suis triste, je me console avec un éclair au chocolat; je suis en colère, je me calme avec un paquet de biscuit; je m'ennuie, je m'occupe en faisant son sort à un pot de crème glacée; je suis heureuse, je me récompense avec du chocolat... Les exemples sont très nombreux.

-Nous mangeons aussi parce que nous avons perdu nos repères : plus de sensation de faim ou de satiété alors on engouffre de la nourriture jusqu'à sentir son ventre distendu, signe pour nous qu'il est temps de s'arrêter.

-Nous mangeons car nous confondons faim et fausse faim. Une fausse faim peut apparaître suite à un trouble de l'organisme : on confond maux d'estomac et faim; gargouillis suite à des aigreurs d'estomac et faim; douleurs physiques que l'on croit calmer en mangeant...

-Nous mangeons aussi par peur : peur d'avoir faim si on sait que nous ne pourrons pas manger avant plusieurs heures; peur du malaise physique, si je ne mange pas dans les 5 minutes, je vais faire de l'hypoglycémie; peur de manquer alors que nous savons pertinemment que notre frigo ne se videra pas tout seul...

-Nous mangeons suite aux principes que nos parents nous ont inculqués, finis ton assiette, tu auras un dessert; pense aux enfants du tiers monde qui meurent de faim; tu ne sortiras pas de table tant que tu n'auras pas fini ton assiette...

-Nous mangeons aussi pour des peurs beaucoup plus irrationnelles : mes kilos forment une protection contre le monde extérieur, si je mincis, je serais sans défense; j'ai le syndrome de la femme transparente, on m'ignore alors je grossis pour me donner le l'importance; j'ai peur du regard des hommes, grosse, je n'attirerai plus ces regards...

 

Les raisons sont donc très nombreuses de ne pas respecter sa faim. On ne prend plus le temps de déguster, de savourer les plats, on mange debout, dans l'urgence, devant son frigo, dans sa voiture et on engouffre toute cette nourriture sans même y penser.

 

Il m'arrive souvent d'ouvrir un paquet de gâteaux, de chips... et de me rendre compte, étonnée qu'il est déjà vide alors que je ne pensais pas avoir tout mangé.

 

On devient des machines à engouffrer tout ce qui peut nous apporter un plaisir immédiat et si fugace (vu qu'on ne savoure même pas ce que l'on mange) qu'on recommence encore et encore jusqu'à en être écoeuré.

 

On mange en oubliant qu'on mange ou on mange pour oublier qui on est et dès qu'on se met en mode automatique, c'est fichu! On se retrouve rapidement avec 10-15-20... kilos supplémentaires sans même savoir d'où ils sortent.

 

On peut manger aussi par amour de la nourriture. On croit être des gourmands insatiables et pour nous, la nourriture n'est que plaisir mais manger à sa faim est encore plus jouissif. Fini les sensations de lourdeur après les repas, les problèmes de digestion, les troubles physiques... manger en respectant sa satiété devient un moyen de se donner de l'amour.

 

La méthode consiste à retrouver ses sensations, réapprendre à manger dans le calme, en respectant ses besoins sans surcharger son corps, différencier faim et envie, faim et fausse faim, à gérer ses émotions autrement qu'en mangeant, à se respecter et respecter son corps et avant tout : apprendre à s'aimer tel que l'on est. Sans amour, on ne mincit pas.

 

On ne peut pas détester son corps, le martyriser, lui faire subir mille pressions, le traiter comme une poubelle et le supplier d'être beau et d'ignorer toutes nos dérives.

 

Prenons conscience de notre façon de manger (on peut, pour cela tenir un carnet alimentaire mais pas pour se fustiger d'avoir mangé un beignet bien gras mais pour savoir dans quelle circonstance on a mangé ce beignet : avait-on faim? Était-ce suite à une émotion mal gérée?...)

 

Et le plus important : aucun aliment aussi calorique soit-il ne fait grossir tant qu'il est mangé avec faim.

 

Car le plus intéressant dans la méthode, c'est qu'il ne s'agit pas d'un régime, aucun aliment n'est tabou et ne doit être supprimé : on mange tout ce qui nous attire tant que c'est avec faim.

 

-La 1ère étape est de déterminer quand, pourquoi et où on mange. Puis d'apprendre à reconnaître ses sensations et à les respecter.

 

-La 2e, on réintroduit, un à un tous nos aliments tabous. On ne doit plus avoir d'aliments tabous (pour cela, il y a les exercices de substitution : on remplace, durant 4 jours un repas par la consommation d'un aliment tabou, le chocolat, par exemple et on réalise que non, le chocolat ne fait pas grossir pour peu qu'il est mangé avec faim... et même plus fort, au bout de 4 jours, on abandonne le chocolat pour une belle assiette de légumes)

 

-La 3e, on réalise que de la nourriture, il y en a partout, il est donc inutile d'avoir peur de la faim et de stocker, dans son corps des tonnes de réserves inutiles.

 

-La 4e, on apprend à combler ses émotions autrement qu'en mangeant : si on s'ennuie, on trouve une occupation adéquate; si on ressent de la colère, on se calme grâce à une petite séance de pleine conscience (on laisse monter la colère, on la laisse nous envahir puis partir comme elle est venue); si on a peur du malaise, on garde dans son sac des biscuits pour se rassurer, plutôt que de surmanger en prévision de; si on craint le regard extérieur, on analyse la situation et si besoin, on se fait aider par un thérapeute (oui, on ne peut pas toujours régler ses problèmes seuls).

 

-La 5e, on apprend la régulation : on a trop mangé lors d'un repas entre amis, on a cédé à la tentation en mangeant une pâtisserie sans faim... on ne se flagelle pas, on ne se remet pas direct à la diète... on attend juste que la faim revienne pour manger de nouveau.

 

Le but de la méthode est vraiment de remettre la nourriture à sa place, de manger pour nourrir son corps avec plaisir. Le plaisir doit être présent à chaque repas, on se respecte, on respecte son corps, c'est la base de tout.

 

On oublie toute la haine, le dégout, le ras-le-bol que l'on peut avoir de soi, de son corps qu'on maltraite et on se donne de l'amour, encore de l'amour et toujours de l'amour!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vir 27/06/2011 15:02


J'avais lu sa méthode et je crois que c'est un des régimes les plus intelligents qui soient!
Mais c'est quand même pas facile de réapprendre à écouter son corps!
Bravo et bonne continuation, tu m'as l'air bien partie :)


teparlerdemavie 27/06/2011 15:13



Merci Vir! L'avantage de la méthode, c'est justement, que ça n'est pas un régime puisqu'aucun aliment n'est interdit! C'est cette notion de reprendre contact avec mon corps qui m'a plu... même si
ça n'est pas évident tous les jours.



kat 27/06/2011 07:09


bienvenue dans la communauté d'au secours ils grandissent! à bientot


teparlerdemavie 27/06/2011 07:48



Merci beaucoup!