Le pouvoir des plantes.

Publié le par teparlerdemavie

Plant_by_ReitaWolf.jpg

Je suis du genre à cogiter jour et nuit, sans relâche.

 

Et toute cette agitation cérébrale ne rime pas vraiment avec paix et harmonie. C'est pour cette raison qu'il y a quelques semaines, j'ai décidé d'entamer une thérapie... un peu particulière.

 

Cette méthode aborde l'être humain dans sa dimension psychologique (thérapie classique) et corporelle (massages, shiatsu, sophrologie...), histoire de renouer avec son corps et de le laisser parler car lui, ne nous ment jamais! ( et il a tant de choses à nous dire que nous refusons d'entendre).

 

Quel ambitieux projet quand on sait à quel point je prête si peu d'attention à mon corps (bien que cela commence à changer depuis peu).

 

Je le traite sans égard et je dois admettre qu'il me le rend bien (mon ultime tentative de régime en est la preuve! 100 misérables grammes perdus après une journée entière à ne boire que du jus de citron! Si ça n'est pas de la rébellion, je n'y connais rien!)

 

J'ai ainsi réalisé que j'utilisais mon corps comme un moyen de défense (mes kilos forment une armure pour me protéger du monde extérieur hostile), d'exister (je m'impose par mes kilos, je ne suis plus une femme invisible qu'on peut ignorer)...

 

Mon corps souffre et je l'ignore. Je l'ignorais...

 

Une fois que l'on comprend tout cela, le plus important est de faire la paix avec son corps et de lui consacrer un peu de temps, beaucoup d'amour et de douceur.

 

Et je vous assure que pour une cérébrale, ça n'est pas si simple!

 

Lors de ma dernière séance, ma thérapeute m'a longuement expliqué que j'étais la seule responsable de ma vie et que si je n'en prenais pas soin, de cette vie, personne ne le ferait à ma place.

 

J'ai la fâcheuse tendance à négliger mais envies, désirs, besoins... pour me consacrer aux autres. Tout ce qui me concerne... me saoule, ne me paraît pas indispensable... et il faut que ça change.

 

Mais pour cela, il faut que je prenne conscience que ma vie est importante, qu'elle n'est pas une quantité négligeable qu'on balaye d'un revers de la main, car s'occuper des enfants, c'est bien mais quand ils seront grands et autonomes, j'en ferai quoi de ma vie si je n'ai pas pris mon indépendance avant?

 

Et comme je suis du genre très motivée et prête à soulever des montagnes... durant 3 minutes 30 et à lâcher l'affaire aussi vite que l'envie m'a prise, elle m'a conseillé la plante thérapeutique.

 

Et j'ai adoré l'idée : m'offrir une plante qui s'appellera : « je suis responsable de ma vie » et m'en souvenir dès que mon regard se posera sur elle.

 

Et voilà celle que j'ai choisi (oui, j'ai couru à la jardinerie dès ma sortie de la séance, les pieds huilés glissant dans mes sandales et le cheveux gras -à cause du massage du cuir chevelu, une pure merveille ce massage- car je savais que l'envie allait vite se faire la malle... et j'ai eu raison) :


DSC1035

 

Commenter cet article

Avec un grand A. 12/02/2013 11:57

Je te remercie infiniment de ta réponse :)

Avec un grand A. 12/02/2013 11:53

Je te remercie infiniment de ta réponse :)

teparlerdemavie 13/02/2013 12:21



De rien! ;-)



Avec un grand A. 11/02/2013 22:03

Rebonjour, je fais le tour de quelques uns de tes articles ;)

Je suis en ce moment même en train de plancher sur un suivi en sophro et/ou massages / thérapie, etc... j'aimerais en savoir un peu plus sur la manière dont tu as procédé de ton côté : as-tu trouvé
une personne qui proposait ces accompagnements multiples ou as-tu fait appel à plusieurs professionnels ? Merci de bien vouloir me répondre ;)

teparlerdemavie 12/02/2013 09:48



En fait, j'ai consulté une thérapeute psycho-corporelle. Elle a l'avanatage d'avoir un pannel d'actions qui fait de cette thérapie une aide complète et très efficace.



claramints 14/08/2011 01:18


Tu as écrit:"j'ai la fâcheuse tendance à négliger MAIS
envies, désirs, besoins...", je trouve ça intéressant...
(excuse je fais ma Dolto!!)


teparlerdemavie 14/08/2011 11:36



Merci de prendre la peine de m'écrire ces mots, parfois on a la tellement la tête dans le guidon qu'on ne voit plus ce que l'on a sous le nez.