Message d'espoir.

Publié le par teparlerdemavie

where is the love by julkusiowa

 

J'ai suivi des régimes durant des années. Je me suis restreinte jusqu'à en devenir malheureuse et acariâtre : je ne partageais plus aucun repas familial, je cuisinais chaque soir 2 menus différents, je me cloîtrais pour ne pas voir mes enfants manger des bonbons, des gâteaux, de la glace ou des frites, je suis même allée jusqu'à interdire l'accès chez moi de la tentation suprême : le nutella, quitte à en priver toute ma famille.

 

J'ai résisté, tenu bon, frustrée jusqu'à la moelle mais au final fière de tous mes sacrifices.

 

Tout ça pour, à chaque fois, au bout de quelques jours, plonger la tête la première dans tous mes interdits.

 

J'ai commencé à manger en cachette. Je ne voulais pas qu'on me voie, j'imaginais naïvement qu'un reste de frites ou une barre chocolatée, avalé sans témoin passerait inaperçu.

 

Pas vu-pas pris.

 

C'est fou comme on peut faire preuve d'auto-persuasion quand on se sent coupable.

 

Coupable !

 

Le mot est lâché. C'est bel et bien la culpabilité qui m'a poussée à manger en cachette durant des années.

 

J'étais coupable de manquer de volonté, d'enfreindre les règles strictes que je m'étais fixée. Et très vite la déchéance vous guette.

 

Vous n'êtes plus une femme, une maman, une épouse digne. Vous être une tricheuse, une incapable, une nulle !

 

Et plus vous vous blâmez, plus vous mettez la barre haute. Comme si sa dignité ne pouvait se trouver que dans l'adversité, la difficulté.

 

Je me disais sans cesse : j'ai échoué mais je vais rebondir et je serais encore plus forte, plus inflexible sur les quantités, le choix des aliments. Je vais prouver à tout le monde que je suis une personne rigoureuse et que ça n'est pas un truc aussi bête que la bouffe qui va m'anéantir.

 

Oui... de la volonté j'en avais à revendre mais ce que je ne savais pas c'est que la volonté n'avait rien à faire là-dedans, que j'étais juste une victime de plus de la restriction et de l'image que l'on colle aux personnes en surpoids : des être faibles et sans volonté.

 

J'ai longtemps cru que je m'en sortirais à force de courage, en me faisant violence chaque jour au moment des repas jusqu'au jour où j'ai compris que la bataille était perdue d'avance, que mon hyperphagie gagnait du terrain.

 

Lorsque je me suis vue, debout dans la cuisine à finir les assiettes de mes enfants, à toute vitesse, au lieu de jeter leurs restes à la poubelle, j'ai compris que je ne pouvais pas continuer à me traiter si mal.

 

J'étais devenue une poubelle. Une putain de poubelle ! J'avais perdu toute dignité.

 

Et un jour, tu ne te contentes plus des restes, tu en veux plus, toujours plus. Tu t'engouffres dans la nourriture comme une affamée insatiable. Tu dérives et tu te dégoûtes.

 

J'ai dû faire un gros travail sur moi pour retrouver un brin de respect, d'estime pour celle que j'étais devenue. Mais c'est assurément le plus beau cadeau que je me suis fait : cesser d'avoir honte, balancer tous les préceptes diététiques matraqués à longueur de temps dans tous les médias et me lancer dans l'apprentissage de la méthode Zermati.

 

Je savais que la route serait longue mais je savais que seule cette issue était valable.

 

Mon message peut paraître froid, idiot, inutile (pour certains) mais je sais par quelle souffrance on passe dans ces moments-là. J'ai connu cette honte, cette humiliation que l'on ressent lors des crises d'hyperphagie. Je me suis si souvent sentie seule, différente et incomprise.

 

Alors je voulais dire à tous ceux qui ont vécu ou vivent encore de grandes difficultés avec la nourriture que je sais par quoi vous passez et que je sais aussi que l'on peut s'en sortir. Il n'y a pas de fatalité.

 

Ne vous blâmez plus.

 

Aimez-vous, avec votre force et vos faiblesses. Soyez indulgent et accordez-vous tout ce que vous êtes capable d'offrir aux autres mais que vous vous refusez.

 

 

Commenter cet article

Sandy et son Univers 07/11/2012 14:32

... je ne sais que dire ... non pas par jugement (en tout cas pas envers toi) mais parce que ça me parle et que ... bref voilà quoi :(

teparlerdemavie 07/11/2012 17:24



Je te sens toute triste et désemparée.



sidonie 31/08/2012 14:43

Il est tout sauf froid et inutile ton message !
Il est porteur de tellement d'espoir...
Merci une fois de plus de mettre si bien en mot ce que tu vis (et dans quoi je me reconnais si souvent...)

teparlerdemavie 31/08/2012 17:42



Merci sidonie. Oui, j'ai envie de dire à ceux qui souffrent d'hyperphagie qu'il faut garder espoir car on peut s'en sortir.


Bises



angeline 31/08/2012 10:52

je connais de sentiment de honte et j'aime si j'ai arrêter les régimes parfois je me sens sale d'avoir engloutie tant de bouffe mais voilà c'est comme çà je suis comme çà et je n'essaie pas de
changer mais j'essaie de faire en sorte que les auters m'accepte telle que je suis. bon courage et bonne journée

teparlerdemavie 31/08/2012 11:29



S'accepter telle que l'on est, ne plus culpabiliser, ni se détester, c'est tellement important. Tu as raison de faire ce choix.


Bises



Reb 31/08/2012 10:05

Merci pour le message d'espoir !!!!
9a fait plaisir de te voir comme ça !

teparlerdemavie 31/08/2012 11:30



Merci à toi Reb. Bises