Mon corps... mon amour.

Publié le par teparlerdemavie

eva14_statue_bronze010.jpg

 

C'est fou ce que ma vie a changé en quelques semaines seulement.

 

Depuis plusieurs mois, je travaille la confiance, l'estime de moi avec une thérapeute et cela passe aussi par l'acceptation de mon corps.

 

Pendant longtemps l'image que j'avais de mon corps était faussé. Je le voyais comme un traitre qui ne voulait pas se laisser dominer, qui luttait contre l'asservissement. Et je n'y voyais rien de choquant à penser cela! Qui est le maître de son corps, si ce n'est nous-même ?

 

Parce que soyons honnête, infliger des régimes de plus en plus draconiens à son corps, ça n'est pas, pour ainsi dire, une marque d'affection et d'amour de soi.

 

N'avez-vous pas remarqué que plus vous faites de régimes, plus vous allez vers l'extrême ? Et moins votre corps perd et plus vous le punissez en lui infligeant de terribles sévices (s'affamer est une torture que l'on ne souhaiterait à personne mais qu'on impose à son propre corps).

 

Il y a les régimes qui donnent bonne conscience : le fameux régime équilibré mais qui t'interdit tout aliment plaisir ou la chrononutrition qui nous fait croire que l'on peut manger de tout mais qui oublie de préciser qu'à aucun moment, on ne pourra suivre ses envies et besoins personnels. Je ne sais pas vous mais le fromage, j'en ai toujours eu envie le soir lors du repas familial et la salade de fruits, le matin.

 

Il y a les régimes qui encrassent : les régimes hyperprotéinés m'ont fichus le système digestif en l'air. Je savais que mon corps réagissait mal mais ça ne m'empêchait pas de poursuivre.

 

Il y a les régimes dits « exotiques » qui n'ont d'exotique que le nom : on s'imagine mince sur une plage de sable fin assise sous un cocotier avec une mer turquoise en face de soi. Mais la réalité est tout autre ! Au bout de 2 jours d'ananas, la plage et les cocotiers, tu les voues à l'enfer !

 

Des régimes, il y en a des centaines. J'en ai fait des dizaines. J'ai presque toujours perdu du poids.

Mon seul échec a été avec la journée « citron » où tu dois boire 1litre et demi de jus de citron agrémenté de gingembre et d'un peu de sirop d'érable. C'était sensé me faire perdre 1kg, je me suis affamée pour seulement 100g.

 

Oui, j'ai presque toujours perdu du poids mais j'ai toujours tout repris voir beaucoup plus car les régimes n'abordent jamais le point de vue émotionnel.

 

Car chez beaucoup de personnes le poids n'est pas une question alimentaire à proprement dit. Je suis persuadée que plus de la moitié des régimeuses pourraient ouvrir un cabinet de diététicienne tant elles connaissent les aliments, la table des calories, la fameuse pyramide alimentaire sur le bout des doigts.

 

Alors pourquoi regrossissons-nous ?

 

Parce que pour beaucoup la vie n'est pas un long fleuve tranquille et que très souvent le réconfort, le courage, la force... on a pris la facheuse habitude de les puiser dans la nourriture.

 

La nourriture représente tant dans l'imaginaire de chacun : la douceur, l'amour maternel, l'enfance, le plaisir mais très vite on peut passer de gourmet à goinfre sans transition, si l'on est du genre à se laisser dominer par les émotions. Et je ne parle même pas du métabolisme complètement détraqué par les diètes successives !

 

J'ai compris ça le jour où j'ai ouvert le livre de Zermati et que j'ai réalisé que je n'étais pas un être faible et sans volonté mais une victime de mes émotions et de mon passé de régimeuse.

 

Je croyais savoir gérer mes émotions... je me trompais grandement. Et de le reconnaître m'a soulagé d'un poids énorme. Non, je n'étais pas une ratée incapable de maigrir, je ne savais tout simplement pas gérer mes émotions, les aléas de la vie autrement que par la nourriture.

 

Non, mon corps n'était pas un être perfide qui avait pris le pouvoir sur ma volonté.

 

Et cela m'a profondément bouleversé et a profondément changé ma vie.

 

Je suis une femme volontaire qui a juste perdu ses sensations et l'amour de soi dans le dédale des régimes. Et qui a abandonné son corps sur le bord de la route comme un pauvre chien dont on ne voudrait plus.

 

Oui, j'ai conscience aujourd'hui que je m'étais totalement délaissée. Comment peut-on se détester au point de s'infliger tant de souffrance ?

 

Retrouver l'amour de soi a été bien plus long que je ne l'imaginais. J'ai réalisé à quel point j'en voulais à mon corps, à mon organisme d'avoir lutté contre la perte de poids, de ne pas s'être pliée à ma volonté.

 

Avec tout ce que je lui ai infligé comme diète et comme sport, il aurait dû être mince et souple ! Et non, il persistait à être gras et raide ! Quelle insulte !

 

Mais le jour où j'ai compris tout cela, les larmes ont coulé tant j'ai réalisé l'horreur de mon attitude. Ce jour-là, mon corps, meurtri, m'aparaissait sous mon regard contrit comme la plus belle preuve d'amour qui soit.

 

Mon corps, je l'aime. Il est mien et comme tous les êtres qui me sont chers, je veux l'aimer et le protéger et c'est ce que je compte faire à présent chaque jour, chaque minute, chaque seconde... et cet amour, aujourd'hui, il me le rend bien.

 

Notre corps n'est pas ingrat (un gras), il est la partie la plus importante de nous et avec beaucoup d'amour et d'attention, il saura nous montrer le bon chemin.

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Carine 01/10/2015 18:25

Je te remercie pour ton blog, ce dernier me fait un bien fou.
Je lis souvent tes articles les yeux remplis de larmes tellement ils me touchent et surtout m'apportent réconfort et force que je n'arrive pas à retrouver ailleurs...
Ils m'aident à lutter contre l'hyperphagie.

Mag à l'eau 27/08/2012 23:54

Désolée, je suis longue (la fin de mon com' n'apparait pas) ! Je crois que je devrais créer un blog !

teparlerdemavie 28/08/2012 08:33



Merci d'avoir pris le temps d'expliquer ton parcours. Et oui, pourquoi ne pas créer un blog pour partager ton expérience? Car toute expérience est bonne à prendre. Et si elle peut aider ne
serait-ce qu'une personne, c'est déjà un beau cadeau. Bises



Mag à l'eau 27/08/2012 23:38

Je ne suis pas une régimeuse. J'ai perdu 10 kilos il y a 10 ans en me faisant aider par une diététicienne. Elle ne formulait pas d'interdits mais des directives (peser une ou deux fois des aliments
pour visualiser une quantité, limiter les quantités de matière grasse et/ou de féculents et/ou de sucres rapides…), et je la voyais tous les 15 jours pour réajuster en fonction de mes sensations.
Elle n'avait pas d'approche psychologique comme les gens du GROS, mais elle privilégiait une alimentation qui permettait une perte de poids sans frustrations.
Juste après j'ai passé 12 jours au Portugal. J'ai très souvent mangé gras, assez souvent sucré, et j'ai perdu 1 kilo (tourisme = marcher beaucoup + 0 zéro fringale pour cause d'ennui).
Ensuite j'ai encore maigri (7 kilos) pour cause d'activité professionnelle très physique + traitement médical me coupant involontairement la faim.

Ptite fée 16/07/2012 16:48

Quel témoignage émouvant. Et quelle lucidité sur ton propre parcours et mettre ces mots aideront d'autres à réagir.
Je suis contente de te retrouver par ici.
Bises

teparlerdemavie 16/07/2012 17:30



Merci ptite fée.


Accepter de reconnaître qu'on a fait des erreurs, durant une grande partie de sa vie, et qu'on s'est fait souffrir n'est pas chose aisée mais une fois que l'on a compris nos erreurs, quelle
libération!


Bises



La Ronde 16/07/2012 15:10

C'est un très joli témoignage ! Merci ! :-)
Je n'en suis pas encore là, loin s'en faut. Mais tes écrits m'aident à pousser ma réflexion plus avant ! :-)

teparlerdemavie 16/07/2012 16:04



Je suis heureuse que cela puisse t'aider.


Bises



Paski 16/07/2012 11:56

Texte très inspirant.
Il me fait réfléchir. Où en suis-je moi ?
Merci beaucoup de nous faire partager ton avancée et bravo à toi !!

teparlerdemavie 16/07/2012 16:04



Merci beaucoup paski.


Et oui, je pense qu'il est important de voir, avec honnêteté, la façon dont on se traite.


Bises



Lilly rose 15/07/2012 10:18

Très beau texte, il me donne envie de pleurer. merci

teparlerdemavie 15/07/2012 10:20



Merci lilly rose.


Parler d'amour est toujours émouvant.


Bises