Pourquoi je mange ?

Publié le par teparlerdemavie

 

b9a63f66b4efa1c9941e7bfd4b16443b

 

Nous n'avons pas tous un rapport à la nourriture identique. Les personnes en surpoids ne le sont pas non plus pour la même raison.

 

Je voulais parler aujourd'hui de ceux qui grossissent car ils ont mis la nourriture au centre de leur vie. La nourriture est devenue une sorte de pansement pour tous leurs maux du quotidien. Ils sont devenus des intolérants émotionnels qui ne savent plus comment gérer le moindre soucis sans avoir recours à la nourriture.

 

Ce qui est mon cas. La nourriture était devenue une béquille, un point d'appui sans lequel je ne pouvais que tomber.

 

Je me suis penchée sur le sujet pour comprendre qu'elles étaient mes motivations, autant dans le sens : pourquoi je mange, que dans le sens, pourquoi je veux changer mon rapport à la nourriture ?

 

Lorsque j'ai commencé à me pencher sur la méthode zermati, c'était avant tout (soyons honnête) pour perdre du poids. Je voulais maigrir mais sans me restreindre, sans m'affamer, sans souffrance. Puis, peu à peu, j'ai réalisé que mon poids cachait quelque chose de plus important dont je n'avais pas conscience jusqu'alors. Et je savais donc que si je maigrissais, je regrossirais toujours tant que je n'aurais pas compris pourquoi j'avais besoin de cette carapace de graisse pour me protéger.

 

J'ai alors compris que d'ignorer la cause de mon besoin d'étouffer toute émotion en mangeant ferait perdurer ce phénomène. Tant que je ne comprendrai pas ce qui me poussait à manger, je continuerai à faire le yoyo avec mon poids.

 

J'ai donc, à chaque fois, que l'envie irrépressible de manger me submergeait, essayé d'analyser la raison de cette pulsion.

 

Dans un premier temps, je n'ai saisi que le sentiment d'urgence : j'ai besoin de manger, je ne peux pas m'en empêcher.

 

Puis, est arrivée la deuxième vague d'explications : il est plus facile de manger que d'affronter ses émotions. J'étouffe ma colère en me baffrant sinon je risquerai d'avoir des paroles néfastes qui ne seront pas sans conséquences (et comme je ne suis pas prête à assumer les conséquences de ces paroles, autant les bloquer dans ma gorge pour qu'elles ne sortent pas).

 

Pourquoi je mange ? Je mange parce que c'est plus facile que d'affronter la réalité, que de se battre, de réagir. Je tombe dans la facilité en mangeant. C'est une façon de baisser les bras face à l'adversité ou un manque de courage.

 

Et je tombe dans un cercle vicieux. Je préfère étouffer mes émotions plutôt que de les exprimer et en faisant cela, je ne me respecte pas, je ne respecte pas mon corps. Et comme je n'ai plus de respect pour moi, je mange pour me prouver que j'ai raison de ne pas me respecter puisque je suis assurément pas une personne qui mérite le respect.

 

Le manque de confiance en soi est très présent dans ma problématique.

 

Aujourd'hui, j'apprends à trouver des réponses satisfaisantes à mes soucis car je sais que le jour où je saurais les régler avec des solutions adéquates, qui correspondent à une vraie réponse, la nourriture n'entrera plus dans en jeu car elle n'aura plus de raison d'être.

 

Lorsqu'on est en conflit avec une amie, un membre de sa famille, son patron... est-ce qu'étouffer ses rancœurs en mangeant peut avoir une efficacité quelconque ? Bien sûr que non et c'est pourtant ce que je fais aujourd'hui. Mais, en revanche, agir, se responsabiliser, aller vers une solution concrète... est ce vers quoi, il me faut travailler.

 

La nourriture n'est que la mauvaise solution à une problématique qui mérite une vraie solution.

 

PS : j'ai choisi cette photo quand j'ai vu qu'elle s'appelait "Le choix irrépressible". J'ai trouvé qu'elle collait bien à ma problématique.

 

Photo by Eukendei (deviantart)

 

 

Commenter cet article

L.............. 20/01/2013 22:59

Bonsoir
Je suis une nouvelle lectrice
Votre texte est touchant et fait réfléchir sur le lien entre la prise de poids et le stress...
J'avais lu que, quand on est stressé par quelquechose ou quelqu'un, l'organisme stocke des réserves et augmente donc notre poids pour "faire le poids" au sens figuré face à cette situation ou à ce
quelqu'un, pour nous rendre plus "imposant" au sens propre et au sens figuré.
Et cela malgré tous les régimes qu'on pourrait tenter (et l'effet yo-yo)
Comme vous dites, il faut d'abord trouver la solution au problème qui nous stresse.
Il faut gagner en force intérieure et donc en confiance en soi et l'organisme aura moins à stocker car c'est dans notre tête qu'on fera le poids...
Ou bien il faut adopter la devise de la bande dessinée des shadocks "s'il n' y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problèmes"!
Bon courage et bonne soirée
Une lectrice

teparlerdemavie 21/01/2013 10:42



Je réalise que mes compulsions surviennent toujours pour des raisons, qui ne m'aparaissent pas sur le coup, mais font suite à des émotions que je ne parviens pas encore à gérer. C'est une sorte
de réflexe de survie ou une façon de traverser une épreuve. Comme une vieille habitude rassurante dont je ne parviens pas encore à me défaire mais ça va venir.


alors oui, connaître le pourquoi permet de trouver une réponse adéquate, c'est le travail que je fais depuis quelques temps.


Merci pour ton message.



Coucou 20/01/2013 10:26

La nourriture est ma bouée de sauvetage ...Elle l'a toujours été. La question est :: dans ce monde si difficile peut on vivre sans bouée de sauvetage? Certains fument, boivent, se droguent ou
développent d'autres addictions (même au sexe) c’est la preuve que c'est très très difficile de vivre sans. Je ne veux pas dire que c'est normal, NON l’idéal serait de s'en passer mais COMMENT
faire ?

teparlerdemavie 21/01/2013 10:49



Oui, je comprends parfaitement ce que tu veux dire mais je crois que ces addictions sont juste un système que l'on met en place pour ne pas avoir à regarder les problèmes en face. On ne sait plus
gérer les problèmes (les conflits...), on fuit!


Et c'est pareil pour nous, on ne sait plus affronter notre regard, on préfère se voiler la face, se cacher derrière notre carapace.


C'est dur de réagir, de revenir en arrière mais on y arrive, avec le temps, la patience et surtout en axant notre guérison sur l'indulgence et la bienveillance.


J'apprends à me regarder, sans filtre, à accepter, peu à peu, ce qui me pose problème, avec franchise. ça n'est pas toujours facile mais je sais que de me "cacher" derrière mon corps ne
m'intéresse plus. Mais tu as raison, tout ça est compliqué et part d'une démarche active qu'il faut accepter de mettre en place. 



Le Blog de la Peste 15/01/2013 19:35

Je mange pour me consoler, par ennui, par stress, par colère. Et puis je mange parce que... J'aime ça (et j'avais tendance à l'oublier). Il n'y a finalement pas que des mauvaises raisons au fait de
manger :)

Cicciotella 14/01/2013 14:41

Tu écris : "Pourquoi je mange ? Je mange parce que c'est plus facile que d'affronter la réalité, que de se battre, de réagir. Je tombe dans la facilité en mangeant. C'est une façon de baisser les
bras face à l'adversité ou un manque de courage."

Ça m'intéresserait vraiment de savoir quelle émotion se trouve dans cette "facilité". Je suis quelqu'un qui ne sait pas toujours nommer ses émotions et tu pourrais m'aider, car tu décris une
perception intellectuelle très proche de la mienne.

teparlerdemavie 14/01/2013 22:32



Quand je suis en colère, par exemple, contre une personne, je préfère l'étouffer dans la nourriture plutôt que d'affronter cette personne. Je n'aime pas les conflits, ils me font peur.


J'ai remarqué aussi que j'ai peur de l"opinion que les autres ont de moi alors lorsqu'une personne a une mauvaise attitude, qui me frustre, m'ennuie, me désespère..., j'ai tendance (si c'est une
personne dont l'opinion a de l'importance pour moi) à choisir d'étouffer cette émotion en mangeant plutôt que de risquer de m'emporter et d'agir d'une façon que je regretterai par la suite.


Mais, je réalise que c'est l'effet inverse qui se passe puisque au lieu de vivre mon émotion, je la garde en moi et elle grandit, grandit... (et je mange encore pour éviter de la laisser sortir
d'un coup, de façon inappropriée).


Mais ça marche aussi dans tant de situations... mais c'es vrai que les conflits, je ne sais pas les gérer.


Bises



Mag à l'eau 12/01/2013 21:26

@Minha casa : réfléchir et analyser est l'unique solution !
@parleamamere : je fonctionne comme toi.

Il y a longtemps que je sais que me remplir la bouche est une sorte de médicament. Petite, je calmais mes angoisses par un cuillère à soupe bombée de sucre en poudre. Plus tard, je se suis devenue
plus sélective.
Maintenant, je choisis de bons produits pour avoir du plaisir et combler mes frustrations.
Mais j'ai bon espoir de changer cela.

Permets-moi d'ajouter que tu es une blogueuse très attentionnée. C'est vraiment appréciable !

teparlerdemavie 13/01/2013 13:42



Tu as très bien analysé ta situation, c'est tellement important de comprendre. 


Moi, je note tout ce qui me vient à l'esprit quand le besoin de manger se fait irrépressible et je finis toujours par tomber sur une raison (parfois, je me rends compte que mon cerveau n'a que
très peu de réponses à mes émotions autres que la nourriture, c'est à moi, à présent de lui en offrir d'autres).


Merci beaucoup à toi. Bises



LMO 12/01/2013 12:35

Alors moi j'ai mis la main sur ces soucis il y a pas mal de temps. Je sais pourquoi j'ai grossi, je sais pourquoi je mange, mais trouver les problèmes ne m'a jamais aidé à les résoudre,
malheureusement...

Mais tu as mis le doigt sur la réalité, quand on mange trop, on compense, on comble, on enterre des sentiments. Moi je sais que je mange aussi par réconfort, manger me réconforte énormément... Et
c'est là qu'est mon plus gros souci, je ne sais pas comment me réconforter autrement.
Parce que manger n'est pas pour moi une cachette, j'assume, je dis ce que je pense, parfois en grands fracas d'ailleurs, mais après la colère, je me réconforte en mangeant, pas tellement par
frustration de ne pas avoir mis carte sur table.

Merci pour tes billets sur le poids, je les lis toujours avec grand intérêt et ils m'aident à cheminer! :-)

teparlerdemavie 13/01/2013 13:40



Savoir pourquoi on mange est une 1ère étape. Tu verras que peu à peu, tu vas parvenir à mettre en place des solutions autre que manger mais il faut être patience, ça peut prendre un peu de temps.


Quand tu penses "réconfort", qu'est-ce qui te vient à l'esprit? (et déjà, si ça n'est pas un aliment, c'est bon signe). Vois ce qui te vient et ce qui t'aiderait à trouver ce réconfort (et aussi,
pense à la confiance en soi, si l'on a besoin d'être rassurée, ça peut venir d'un manque de confiance en soi. Souvent tout est lié).


Merci à toi


Bises



ange-line 11/01/2013 15:29

je crois que tu as tout compris, c'est fou j'agis de la même façon, au début je "bouffais" pour ne pas pleurer ou pour qu'on me regarde (forcement quand on est en surpoid on passe pas inaperçue)et
puis aujourd'hui comme toi j'ai compris beaucoup de chose, à ce jour j'ai perdu 7 kg en 2 mois juste en apprenant à gérer mes emotions et en assumant les conséquences, et surtout grâce aux
difficultés de mon fils j'ai appris à taper dans le tas sans me sentir coupable de quoi que ce soit. Tu es visiblement sur la bonne voie et je te souhaite de réapprendre à t'aimer et à avoir
confiance en toi, je ne te connais pas mais je sais que tu vas y arriver

teparlerdemavie 13/01/2013 13:36



Mais beaucoup ange-line, ton témoignage me touche vraiment. Bises



DarkGally 11/01/2013 11:40

Ancienne boulimique moi-même je comprends tout à fait ce que tu veux dire. Au régime ou pas la bouffe m'obsède car je ne la vois pas comme un truc anodin qui ne sert qu'à te nourrir, mais c'est
l'Ennemi ou le réconfort. Pas facile de vivre au quotidien quand tu ne sais pas gérer ça :(

teparlerdemavie 11/01/2013 11:45



Oui, tu as parfaitement résumé ma problématique. Merci pour ton témoignage. Bises



parleamamere 11/01/2013 10:54

Je mange parce que j'aime ça, parce que c'est un plaisir.
Quand je vais pas bien ça me réconforte, ça me met du baume au coeur, je me sens mieux.
Quand je vais bien je fête ça, j'accompagne ma bonne humeur avec un bon met.
La bouffe a toujours été un problème pour moi, j'aime manger, j'ai un organisme qui fait que je prend facilement du poids et après moults régimes j'augmentais de plus en plus mes quantités après
frustrations. C'est terrible parce que je ne voyais même pas les quantités passées. En plus du plaisir de la dégustation je rajoutais la pleinitude d'être pleine.
Mais depuis quelques mois je me soigne et je dois dire que ça marche plutot pas mal. Remise en question et il faut le dire, les opérations de cupidon m'ont cloué l'estomac. Ca a été un "bon" déclic
pour me remettre vraiment en question et bosser dessus.
Après plusieurs mois et 15 kg en moins, je pense être sur la bonne voie. Je m'accorde des "plaisirs" moins souvent que d'habitude (avant c'était tous les jours) et les quantités n'ont rien à voir.
Je pense qu'on guérit nos problèmes de poids/nourriture par le cerveau et pas par la torture des régimes. Tu as tout compris bravo ! :)

teparlerdemavie 11/01/2013 11:14



La 1ère partie de ton message me parle (je m'y reconnais beaucoup) jusqu'à ce que mon diet m'explique que mon problème c'était que ma seule (unique) source de plaisir demeurait : la bouffe. Il
m'avait dit : "développez différentes sources de plaisir (activités, amies...) et vous ressentirez moins le besoin de compler le besoin de plaisir par la nourriture".


tu as l'air d'être sur la bonne voie, je te souhaite une belle continuation et merci pour ton témoignage très intéressant. Bises



lablune 11/01/2013 10:32

Wow.
C'est donc la 2ème fois que je me prends une claque en lisant ton article sur la nourriture.
J'ai envie de te dire merci car, si je sais que j'ai besoin de soigner mes propres problèmes, tu me donnes de nombreuses pistes et c'est un début.
Merci beaucoup.

Et bon courate à toi pourla suite

teparlerdemavie 11/01/2013 11:08



Tant mieux si ça t'aide, c'est surtout pour cela que j'écris sur le sujet. bises



Virginie 11/01/2013 10:28

J'étais super contente en lisant ton titre, depuis 2 mois, je me penche vraiment sur "mon cas", qui a quelques points communs avec le tien! Ce que je trouve le plus difficile, ce sont les émotions
"cachées", celles dont on n'a pas conscience, et je ne les "vois" maintenant que parce que, d'un coup, j'ai envie de manger, et je n'ai pas vu que quelque chose m'avait mise en colère / attristée /
contrariée... Et là, c'est dur de les déterrer! Bonne route en tout cas!

teparlerdemavie 11/01/2013 10:41



Il n'est pas toujours évident de comprendre pourquoi on mange. Je sais que souvent, c'est dans ma tête (besoin de manger) comme une obsession et autour, il n'y a rien, juste cette obsession. Mais
en creusant, on finit toujours par trouver des pistes puis, arrivent les solutions. Bonne continuation à toi. Bises



April 11/01/2013 10:26

Je mange quand je suis triste, quand je souffre, quand je suis en colère, pour me venger, quand je suis seule, quand je m'ennuie, quand je sais qu'il y a du chocolat... Bref pour toutes les
occasions aussi, mais j'essaie de maîtriser mes émotions envers la nourriture, je me calme et mange beaucoup moins par pulsion, ça fait du bien de manger quand on a faim !! (et par envie bien sûr,
il faut savoir se faire plaisir)

teparlerdemavie 11/01/2013 10:39



Oui, le plaisir de manger avec une vraie faim, c'est ça aussi la solution! Merci pour ton témoignage. Bises



corinne 11/01/2013 10:18

je ne suis pas encore prête pour les photos ! toutes les nanas qui postent sont grandes et minces, mes complexes me poursuivent !!!

teparlerdemavie 11/01/2013 10:38



Et alors, justement, faut que ça change! Pour les complexes, mets-toi en valeur et je suis sûre que tu reprendras confiance en toi (oui, après tout, c'est surtout une question de confiance en
soi, non?)



Minouche 11/01/2013 10:08

Je ne pense pas vraiment que j'angoisse, plutôt je m'ennuie de ma solitude...il faut que je la remplisse (et donc moi aussi, oups...)

teparlerdemavie 11/01/2013 10:36



L'ennui, c'est l'une des principales causes du grignotage. 



corinne 11/01/2013 09:51

J'ai eu le même problème que toi toute ma vie, je l'ai résolu avec l'âge !!! (helas !!!) j'ai compris que je ne mesurerai jamais 1,70 que je ne serai jamais très mince, j'ai compris que l'herédité
était en partie une cause de ma prise de poids. J'ai régulé mon alimentation peu à peu. Aujourd'hui je ne me pèse plus tous les matins, j'ai minci mais dans ma tête je suis toujours "la grosse de
service " qui fait tapisserie dans les "boum" (tu me donnes une idée pour un prochain article !!! Je serai presque guérie quand j'oserai poster des look sur mon blog avec ma photo !!!! bises

teparlerdemavie 11/01/2013 10:09



Alors poste une photo! Vas-y lance-toi! Pouqruoi attendre? ;-)



Minha Casa 11/01/2013 09:45

Toutes les émotions que j'éprouve bonnes ou mauvaises me font manger... En fait je trouve tjrs une excuse pour manger... J'ai remarqué aussi que quand je m'ennuie c'est la catastrophe, j'essaie
donc de trouver quelque chose à faire... Plus je me dis que je dois maigrir et plus je grossis... Bouhhh pas facile tout ça !!! Le problème c'est que je n'ai pas tellement envie de réfléchir à la
problématique du truc... Vais plutôt me remettre au vélo aussitôt qu'il fera jour quand je sortirai du travail lol

teparlerdemavie 11/01/2013 10:17



Toutes les excuses sont bonnes pour manger. Oui, c'est ça, on prend le moindre prétexte pour manger un truc.


Je comprends que tu n'aies pas envie de réfléchir à la problématique, il m'a fallu des années pour m'y décider (quand j'en ai eu ras-le-bol de n'avoir comme solutions que régime et sport).


Bon courage à toi. Bises



Minouche 11/01/2013 09:20

Quant à moi, j'ai remarqué que je suis grignoteuse compulsive dés que je dors seule... Quand je suis à la maison, même si on s'appelle avec Chéri, je grignote de façon automatique, jusqu'à
l'écoeurement, jusqu'à savoir que j'en serai barbouillée le lendemain matin, et vaseuse... Si je dors chez LUI, je n'ai même pas la plus petite envie de grignoter...

et je grignotais de la même façon quand je me couchais pendant que mon ex-mari restait à la télé...ou quand je vivais seule...

je dois détester être seule...

mais j'adore le sauciflard, ceci dit !!!!!

teparlerdemavie 11/01/2013 09:39



C'est parce que tu angoisses? (lorsque tu te retrouves seule?). Bises