Quelle est cette silhouette grassouillette aperçue furtivement dans le miroir?

Publié le par teparlerdemavie

Ice_Cream_by_neonstz.jpg

Je monte sur la balance et je vois ce chiffre qui ne me surprend plus tant il m'est devenu familier. Et je me souviens du temps (pas si lointain) où je faisais 15 kg de moins.

 

Que s'est-il passé durant ces années, que m'est-il arrivée pour que tout bascule si brutalement?

 

Je regarde en arrière et n'y vois que la lassitude d'une vie routinière, un encéphalogramme plat, désespérément plat.

 

Il m'apparaît avec évidence que ce qui m'attire avant tout dans la nourriture, c'est ce plaisir immédiat, cet emballement émotionnel que je ne trouve plus ailleurs, l'excitation de la nouveauté, ce goût du risque.

 

Il est grand temps que je remette la nourriture à sa place et que je reprenne ma vie en main.

 

Comme je suis la reine des listes (qui finissent toujours au fond de mon sac avant de passer par la case poubelle) me voilà penchée au dessus de ma page blanche partagée en deux colonnes : d'un côté le plaisir que m'apporte la nourriture, de l'autre les plaisirs qui pourraient remplacer, tout aussi efficacement, ladite nourriture.

 

Alors que je croyais que ce serait un jeu d'enfant, je me retrouve un peu en panne d'inspiration.

 

Côté nourriture, pas de problème tant les plaisirs sont évidents, côté substitut, je sèche dès la deuxième ligne.

 

Il faut que je me concentre sur les heures hors travail, que je parvienne à rentrer chez moi le soir et ne plus me jeter sur la bouffe pour me calmer, me détendre, décompresser, me rassurer, me chouchouter, me revigorer, me remplir de joie et j'en passe.

 

Que pourrais-je bien faire en dehors de cadenasser la porte de la cuisine pour m'en interdire l'accès? Finalement, la solution est peut-être là. Eviter la cuisine et passer directement par la case salle de bain ou salon, y laisser un livre pour me détendre autrement (quel ennui! Quel ennui! Si tu crois qu'une bonne douche va remplacer le plaisir d'une bonne tranche de pain-rillettes de canard, tu te fous le doigt dans l'œil bien profond!).

 

Désespoir, ô désespoir... bon, de toute manière, c'est la seule idée crédible qui me vient à l'esprit pour l'instant alors autant faire avec.

 

J'imagine (j'espère, je prie... ) que mon cerveau finira par mémoriser tous ces petits plaisirs comme étant tout aussi savoureux qu'une crème glacée (humph!). Il va surtout falloir que je m'en persuade... côté piment, c'est pas l'extase!

 

Photo by neonstz

 

Commenter cet article