Se nourrir autrement.

Publié le par teparlerdemavie

road by Lindqvist

 

Hier soir, j’avais rendez-vous avec ma thérapeute et nous avons parlé de mon rapport à la nourriture.

 

De cette difficulté que j’ai à devoir laisser ne serait-ce qu’une demi bouchée dans mon assiette lorsque je n’ai plus faim.

 

J’ai toujours une forme de manque, de culpabilité, d’envie et de regret lorsque je regarde cette dernière bouchée et même si au début du repas, je me promets de la laisser si jamais je n’ai plus faim, je n’y parviens toujours pas et je ne comprends pas pourquoi cette résistance.

 

Nous avons donc parlé de cette relation bien trop passionnelle et il lui est apparu quelque chose d’évident qui m’a tout de suite fait tilt.

 

Ma thérapeute m'a expliqué qu'il existait plusieurs faims : la faim organique mais aussi émotionnelle et intellectuelle et donc plusieurs façons de se "remplir".

 

Alors que je n'en utilise qu'une : la nourriture ( à laquelle je me raccroche comme une noyée à sa bouée).

 

Je ressens si souvent un vide intérieur immense... que je dois remplir. Je déteste cette sensation de creux en moi, elle m'est insupportable.

 

Elle m'expliquait que nos actions, nos habitudes d'adulte venaient de la petite enfance, que nous perpétuions les choses de façon inconsciente.

 

Quand notre enfance a été pauvre en amour, en attention, en ouverture vers le monde... ce vide se creuse jusqu'à devenir un abîme qu'on ne parvient pas à remplir (n'oublions pas : la nature n'aime pas le vide) et souvent l'adulte que nous devenons reproduit le même schéma.

 

Ce vide, selon elle est présent en chacun de nous mais nous le remplissons d'amour, d'amis, de culture, d'émotions de toutes sortes, qui nous donnent le sentiment d'être vivant tout simplement.

 

Certains voyagent, d'autres ont des passions prenantes ou un métier excitant et puis il y a ceux qui se perdent et se remplissent de façon addictive : les accros du shopping, les boulimiques en tout genre, chaussures, livres ou nourriture.

 

Parce qu'il ne faut confondre se nourrir de ce dont notre esprit a besoin et une fuite en avant pour au contraire s'oublier, oublier ses sensations, disparaître. Multiplier les rendez-vous, les activités harassantes comme j'ai pu le faire si longtemps n'étaient qu'une façon d'éluder les vrais problèmes et le jour où, épuisée, j'ai cessé cette course stérile, ce jour là, j'ai commencé à grossir.

Je me suis retrouvée seule face à un vide abyssal.

 

Mon homme n'est pas une personne démonstrative, il exprime très peu ses sentiments et j'ai vécu dans une famille distante, peu de câlins encore moins de « je t'aime » et je me rends compte qu'on se retrouve tous les 2 un peu seuls dans nos émotions, un peu (beaucoup) fermés.

 

Je ne sais pas non plus demander et il va falloir que je m'ouvre bien plus pour cesser de me remplir de nourriture alors que c'est d'amour dont j'ai besoin. Je ressens souvent ce grand vide intérieur suffisamment insupportable pour que je doive le remplir de ce qui m'est le plus facile à trouver et le moins compliqué : la nourriture.

 

Lorsque mes enfants étaient petits, je me remplissais de leur amour inconditionnel mais à présent, ils sont grands et se détachent peu à peu. C'est aussi quelque chose dont j'ai pris conscience, ils grandissent et s'ouvre à la vie, à leur vie.

 

J’ai aussi réalisé que depuis quelques années je ne me suis finalement très peu remplie de façon intellectuelle. La vie n'a pas été tendre avec moi et je me suis repliée sur moi-même au lieu de m'ouvrir au monde.

 

Et lorsqu'elle m'a demandé à quel moment, je ne ressentais plus la faim, qu'elle disparaissait de mon esprit, j'ai pris conscience qu'il s'agissait des fois où je suis sortie avec mes enfants, ne serait-ce que pour aller au cinéma ou que j'ai vu une amie pour passer quelques heures. 

 

J'ai su me nourrir autrement, je peux donc changer.

 

Ce fut une séance très riche en émotion et en découvertes. Cela me paraît, aujourd'hui, tellement évident alors qu'hier encore, je me sentais perdue, sans solution.

 

Voilà de nouvelles perspectives très intéressantes à développer.

 

La route est longue mais le voyage si beau.

 

PS : ça n'est pas évident de retranscrire exactement les pensées de sa psy, j'espère ne pas avoir été brouillon dans mes explications.

 

 

Commenter cet article

Myrtille 12/10/2011 19:57


et toi tu me touches ..


teparlerdemavie 13/10/2011 10:05



Merci.



Myrtille 12/10/2011 12:59


Ps ton blog me plait je me suis inscrite à ta newsletter + met ton blog dans mes 'favoris' ;)
Au plaisir de te lire à nouveau !


teparlerdemavie 12/10/2011 13:57



Merci myrtille, ça me touche beaucoup.



Myrtille 12/10/2011 12:58


de rien bon courage à toi !
pensées ++


teparlerdemavie 12/10/2011 13:56



Merci :)



mademoiselle A. 11/10/2011 19:27


merci beaucoup pour ce que tu partages. c'est très intéressante et très clair!


teparlerdemavie 12/10/2011 08:05



Merci :)



Myrtille 11/10/2011 17:01


tu as en tout cas une psy intelligente et qui fait tout pour te guider ..
Tu es sur la bonne voie de ce que j'en lis meme si je ne te connais pas (je viens d'un autre blog ou j'ai lu ton com')
Il est sur que les manques que nous avons et eu enfant ..se répercutent d'une façon ou d'une autre ..
Tu as des pb avec la nourriture, qqn d'autre pourra ne plus avoir envie de manger ..ou cela se portera sur autre chose ..le sommeil ..les TOCS ..plein de manifestations qu'il est important de
décoder et de trouver qqun avec qui en parler ..
Le fait que ton mari soit secret n'est surement pas par hasard ..
Vous avez surement des choses, vécus en commun ..qui vous rapprochent ..
Bon courage à toi !


teparlerdemavie 12/10/2011 08:04



Merci beaucoup myrtille pour ton message.



rangoonn 11/10/2011 12:44


Cette approche, connue, de notre relation à la nourriture est très importante dans la dynamique du "prendre soin de soi". Elle n'explique pas à elle seule l'obésité mais permet d'analyser son
propre comportement face à la gestion de la faim ou non-faim. En tout cas c très bien retranscrit et agréable à lire


teparlerdemavie 11/10/2011 14:40



Merci rangoon.



LMO 11/10/2011 11:51


Alors, ok, on comble souvent un manque affectif en mangeant. Mais ce n'est pas l'unique raison.
Dans la petite enfance, je crois avoir été carrément choyée (jusqu'à 3 ans). J'ai vécu des drames ensuite, dans l'enfance pas petite. D'autres vont vivre des choses durs à l'âge adulte. Tout ne
part pas de la petite enfance ou de l'enfance. C'est très psychanalytique cette façon de penser, et assez pervers, je trouve.

Enfin, le reste de l'analyse est très bien. :)
On peut aussi manger juste parce qu'on n'arrive pas à gérer ses émotions, quel qu'elles soient...


teparlerdemavie 11/10/2011 13:06



Il y a tellement de raisons pour lesquelles nous mangeons sans faim. Pour ce qui est de l'enfance, cela correspond à MON ressenti (ma psy connaît mon histoire), c'est pour quoi elle a fait le
lien entre cet énorme besoin d'amour que je ressens qui, parce qu'il n'est pas comblé, créé un vide en moi.


Mais tout cela est très complexe, je te l'accorde.



Vir 11/10/2011 10:49


C'est toujours un plaisir de te lire parce qu'on sent que tu as l'Envie de parvenir à ton but!
A chaque fois je me dis: "Pfiou... c'est fou comme elle est courageuse de vouloir comprendre le pourquoi du comment!"
Toutes mes pensées vont vers toi et le chemin courageux que tu fais!
Bisous


teparlerdemavie 11/10/2011 14:40



Pour moi, ce travail est nécessaire sinon je ne m'en sortirai jamais!



Marie-Do Ado Mode d'Emploi 11/10/2011 10:22


Je me suis pris une grande claque avec ton article, il m'a fait beaucoup réfléchir.


teparlerdemavie 11/10/2011 14:39



La réflexion est le 1er pas vers tout changement.



Clochette 11/10/2011 10:01


Alors je te souhaite un merveilleux voyage, plein de rencontre, de découvertes, de joie, de rires! Profites de tout ce que la vie peut t’apporter pour te remplir et te combler!!! Excellente journée
à toi!


teparlerdemavie 11/10/2011 14:38



Merci clochette, ton message me touche beaucoup.



Sév 11/10/2011 09:55


Tes articles sont pertinents et clairs, ne t'inquiète pas là-dessus ! Ils nous aident même à avoir une réflexion sur notre propre vécu.
Je pense souvent que certaines personnes qui "remplissent" leur agenda à l'excès ont "peur du vide" et du coup ne se rendent plus compte de ce qui est essentiel à cause de leur dispersion confuse.
Quand c'est possible, il faut savoir prendre du temps pour soi. Visiblement, ta thérapeute a su déceler le fait qu'il serait bon que tu t'aères l'esprit en te tournant vers les autres, tes
proches.
J'aime beaucoup la citation que tu utilises à la fin. ;)


teparlerdemavie 11/10/2011 14:38



Oui, fuir l'excès et accepter de regarder autour de soi mais aussi en soi.



Onee-Chan 11/10/2011 09:49


C'est très clair et très beau, merci de partager cela avec nous !


teparlerdemavie 11/10/2011 14:36



Merci Onee-Chan.



Choupie 11/10/2011 09:25


Oh non tun as bien expliquée . Ca m'as parmis de comprendre des choses sur moi même ! Merci !
Bisous, bisous


teparlerdemavie 11/10/2011 14:36



Bisous choupie.



lillyrose 11/10/2011 08:58


Le manque d'amour que j'ai ressenti de ma mère dès mon enfance explique en partie ma dépendance à la nourriture, mais je crois que de toute façon on est toujours seul au monde, quelque soit l'amour
des amis, des enfants, de son conjoint même quand on en a un. On naît seul, on meut seul...il faut juste apprendre à ne plus se servir de son estomac pour remplir ce vide. Mais ce n'est pas facile.


teparlerdemavie 11/10/2011 09:11



Oui, tu as raison et il faut aussi apprendre à vivre seule. Merci pour cette réflexion très pertinente.



brenda 11/10/2011 08:50


mon père m'a toujours forcée à finir mes assiettes et maintenant j'ai du mal à laisser quand je n'ai plus faim (et je finis celles de mon fils aussi!)
D'où ma surcharge pondérale je pense...


teparlerdemavie 11/10/2011 09:10



Ce sont toutes ces petites bouchées de trop qui finissent par nous faire grossir.