Suis-je de nature infidèle?

Publié le par teparlerdemavie

1f39a9fbd0ee05b830d161492ff7bbd9-d4tk1un

Plus d'un an que je n'avais pas posté sur mon blog. Comment le temps a-t-il pu passer si vite sans que je ne m'en aperçoive?

Il m'a filé entre les doigts, je n'ai pas su l'arrêter, appuyer sur la touche pause quelques instants histoire de prendre une lente et profonde inspiration pour profiter de la vie.

Depuis tout ce temps, je n'ai toujours pas appris à gérer deux situations parallèles ou mettre un terme définitif à un projet, que je garde éternellement sous le coude au cas où, un jour...

Un jour quoi? Je ne sais pas. il y a tant de choses qui dorment dans mes placards.

Je ne sais pas terminer, je ne sais pas tourner la page. Je me détourne très vite, sans un regard en arrière mais le coeur serré à l'idée de ce que j'abandonne derrière moi et ça ressemble bien plus à une fuite qu'à une décision prise en pleine conscience.

De toute manière, il est évident que je ne sais pas prendre de décisions radicales, couper dans le vif avec la certitude que ce qui est passé doit rester dans le passé et que mon regard ne doit se porter que vers l'avenir.

Non, toutes ces petites choses que j'abandonne au beau milieu de nulle part, ont pour unique but de me garder un pied dans ce passé immuable qui me donne un sentiment tronqué de confiance.

L'avenir me fait peur mais le passé a quelque chose de presque rassurant. Je le connais, je sais qui il est, je l'ai vécu et quoi qu'il arrive, même les choses les plus horribles sont derrière moi. C'est un peu comme si je me trouvais dans un train lancé à toute vitesse et que je regardais par la fenêtre les monstres qui m'ont fichus la trouille, coincés sur le quai de la gare bien trop loin pour m'atteindre. 

C'est un leurre. Je sais pertinemment que s'ils décidaient de s'acharner sur moi, ils pourraient prendre le prochain train et me retrouver à la gare suivante (terrifiante perspective). Mais en attendant, là, en sécurité dans ce wagon, je préfère croire leur avoir échappé plutôt que d'imaginer ce qui m'attend.

A l'heure où l'on parle continuellement "d'ici et maintenant", de "présence à soi dans l'instant", je me retrouve dans l'éternelle dépendance d'un passé qui se voudrait rassurant (entendez par là que "mes certitudes" flanchent).

Ce nouveau billet est, je l'espère, un nouveau départ. Et même s'il y a comme un parfum de "déjà vu et entendu", je tente le coup. D'ailleurs, la vie n'est-elle pas qu'un éternel recommencement?

Photo "Train" by Monikha (Deviantart)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

myrtille 28/12/2014 18:32

un an ça fait long en effet ..
si ça peut t'aider ou te consoler on en est tous à peu près au meme niveau d'incertitudes ...

teparlerdemavie 28/12/2014 18:47

Merci Myrtille pour ton mot. Bises

laetibidule 28/12/2014 15:18

Coucou !!!
Contente de te relire !!!
Belle journée !!!

teparlerdemavie 28/12/2014 15:49

Merci. Bonne journée à toi aussi. Bise

corinne 26/12/2014 14:48

Quel plaisir de te re-lire ! je venais régulièrement sur ton blog pour te retrouver sans succès. Je me suis inquiétée mais je n'ai pas osé te déranger. J'espère que ce nouveau départ te comblera comme tu combles tes lectrices.

teparlerdemavie 26/12/2014 15:19

Merci beaucoup corinne pour ton message. Je n'étais pas partie bien loin, je ne savais pas, tout simplement comment revenir.
Mais là, j'ose!
Bises