Un pas en arrière, deux pas en avant.

Publié le par teparlerdemavie

Cheese cheeese cheese by EuropeTrio

 

Avant-hier soir, j’ai fait une grosse crise de compulsion. Quelque chose d’énorme comme je n’en avais plus fait depuis longtemps (avec nuit agitée et remontée acide épique !)

 

Rétrospectivement (sur le moment, j’aurais été capable de me transformer en bête sauvage si on avait osé me retirer la nourriture de la bouche alors prendre 2 minutes de réflexion, ça n’était même pas envisageable), j’ai tenté d’analyser le pourquoi du comment.

 

Et j’entrevois un début de piste.

 

Depuis que je suis les « blocs » du livre « mangez », il est conseillé de laisser 1 ou 2 bouchées dans l’assiette. Or à la fin du repas, ces bouchées me manquent, c’est limite frustrant pour moi de laisser quelque chose dont j’ai envie dans mon assiette et ce, même si je n’ai plus faim.

 

Et je crois que l’accumulation de frustration n’est pas ce qu’il y a de mieux pour éviter de compulser.

 

Deuxième chose : d’être à l’écoute de mes sensations est tout de même assez fatiguant. J’ai le sentiment de passer mon temps à me demander si j’ai faim ou soif ou si je suis à satiété… ma régulation ne se fait pas encore de façon suffisamment naturelle.

 

Si j’essaie de me centrer sur mon ventre, tout devient flou, je ne ressens plus rien comme si mes sensations se planquaient quelque part et il me faut vraiment beaucoup de patience pour les percevoir enfin.

 

Mais j’ai conscience qu’à force de travailler sur ces sensations, elles finiront par s’imposer d’elles-mêmes.

 

Autre frustration : parfois je sens la faim mais si je tente de bien l’identifier pfffiutt ! Elle s’enfuie aussi vite qu’elle m’est apparue. Comme un ballon de baudruche qui se dégonfle. Et souvent, je la perçois, mais trop tard et je suis affamée.

 

Il y a aussi la collation de 16h00 qui ne me convient pas toujours. J'ai dans mon tiroir des gâteaux et je me suis rendue compte qu'à cette heure-là, c'est souvent du salé qui me tente. Je m'imagine manger un bon morceau de pain avec une belle tranche de fromage mais je dois me contenter d'un biscuit au chocolat. Une fois chez moi, le soir, je me rue sur le pain-fromage et j'en mange des quantités importantes jusqu'à oublier ma frustration.

 

Le positif dans tout ça, c’est qu’hier, alors que je craignais de passer une mauvaise journée, tout s’est bien déroulé. Je ne m’en suis pas du tout voulue d’avoir compulsé (c’est une 1ère, pas de coups de fouet pour punir la vilaine) et j’ai repris mes exercices sans problèmes.

 

Comme quoi, il est inutile que je me foudroie sur place pour m’être abandonnée ainsi à un besoin de manger irrépressible.

 

En tout cas, j'ai une évidente difficulté à gérer ma frustration, elle m'emporte de suite vers l'excès et je suis dans l'incapacité totale de l'éviter.

 

Mais je crois que tout ça peut me servir de leçon.

 

Malgré ces quelques accrocs, j'ai la profonde conviction que je progresse.

 

PS : les raisons de la photo : je fais une légère fixation sur le fromage en ce moment!


Commenter cet article

La peste 05/10/2011 20:10


Moi la compulsion en série c'était ce soir, gros stress au boulot, je me suis détendue... Dans le n'importe quoi. Bref, rien de grave.
Je le trouve chouette, cet article. Avec une jolie réflexion en toile de fond.


teparlerdemavie 06/10/2011 08:12



Merci la peste.



Il ne faut pas de Clochette 05/10/2011 13:57


C'est bien que tu ne culpabilise pas! Et puis surtout il ne faut pas te décourager, un craquage ou deux ça arrive à tout le monde! Courage!


teparlerdemavie 05/10/2011 16:35



C'était quand même un peu plus qu'un simple craquage mais je l'ai plutôt bien vécu, c'est le principal!



matchingpoints 05/10/2011 12:19


Nous adorons le fromage - alors pourquoi ne pas manger du pain et du fromage à 4 heures?


teparlerdemavie 05/10/2011 13:56



Mais j'en mange! Seulement là, je n'avais pas clairement réalisé que c'était du fromage dont j'avais envie. Je me sentais frustrée sans bien comprendre pourquoi.



chocophile 05/10/2011 10:48


Alors là pour le fromage je ne peux que te comprendre, j'adore ça.. presque autant que le chocolat!
Pour moi la frustration, les restrictions quelles qu'elles soient sont nuisibles, elles conduisent tout droit à leur copine la compensation. Il faut tenter de sortir de ce mode de fonctionnement
mais ce n'est pas simple!


teparlerdemavie 05/10/2011 13:55



Je ne suis pas en restriction à proprement parler puisque je mange à ma faim (je ne sors pas de table en ayant encore faim), c'est plutôt au niveau mental que ça se situe! Il me faut toujours
plus!



Tayiam 05/10/2011 10:07


Je comprends. J'ai moi aussi cette sensation. Mais, en moins fort, on dirait.

J'ai appris à jeter. Tant pis si c'est du gaspillage. J'en ai besoin.

J'ai toujours l'image des enfants d'Afrique qui meurent de faim. Mais, je sais aussi que servir de poubelle ne les rendra pas moins affamés.

Courage. Tu tiens le bon bout.

Tu peux peut-être mixer les deux : un jour tu te sers moins, l'autre tu laisses. Tu diviseras déjà ta frustration en deux, non ? ;-)


teparlerdemavie 05/10/2011 13:53



Oui, il faut que j'apprenne à jeter. Pour le moment, je considère un peu mon corps comme une poubelle!



Tayiam 05/10/2011 09:37


Les crises compulsives, je connais (trop bien, malheureusement). Mais, je trouve que tu as beaucoup progressé : tu as admis en avoir besoin et que c'était pas si grave au fond ! Un premier pas pour
qu'elles arrivent moins, déjà ! ;-)

Moi aussi, j'ai la sensation que tu progresses beaucoup ces derniers temps. Continue comme ça.

PS : puis-je poser une petite question ? N'as-tu pas l'impression de revenir à quelque chose de restrictif avec ces blocs ? Parce que Z. estime que les compulsions arrivent à cause des
restrictions. Il faut peut-être un peu creuser de ce côté-là ! A toi de voir ce que tu en penses et comment tu le vis. Mais, si tes deux dernières bouchées te font envie, mange-les et sers-toi
moins ! ;-)


teparlerdemavie 05/10/2011 10:03



Merci pour cet excellent conseil Tayiam. Je crois, en effet qu'il serait pas mal que je me serve moins pour pouvoir finir même si, comme je le dis plus bas, mon but est vraiment de parvenir à
casser cette croyance qu'il faut finir son assiette à tout prix pour ne pas gâcher (ma mère me punissait souvent, je ne pouvais pas sortir de table tant que je n'avais pas fini mon assiette. Il
m'est arrivée de rester à table jusqu'à 16h! L'horreur).


Là, c'est comme si j'allais être punie si je ne finis pas. Et c'est bête mais de laisser, ne serait-ce qu'une bouchée dans mon assiette, me stresse terriblement même si je n'ai plus faim.



Colinette 05/10/2011 09:17


Frustrée ou pas, dans tous les cas, je te trouve courageuse... Moi je n'ai pas su faire :-(


teparlerdemavie 05/10/2011 10:00



Ce qui m'aide à tenir, c'est que je sens que je progresse même si j'ai encore beaucoup de choses à régler.



Paski 05/10/2011 09:01


Bonjour, je me permets mon premier commentaire.
Ca te semble totalement impossible de manger du pain et du fromage à ta collation de 16 h ?
Si oui, question pratique et image face aux collègues, peut-être est-il possible de manger quelque chose de plus "classique" tout en étant salé, genre des Tuc ou autres ?
En tout cas j'admire ton avancée ! Moi je le fais par intermittence, tout en essayant de garder les grandes lignes zermatiennes en tête.
Continue sur cette voie !


teparlerdemavie 05/10/2011 09:59



Coucou paski, merci de ton commentaire.


Oui, c'est ce que je vais faire. C'est vrai que jusqu'à présent, j'ai toujours pris des collations sucrées (je suis très sucre) mais depuis quelques jours, j'ai envie de salé mais je ne m'étais
pas rendue compte que ma frustration venait de là (oui, j'ai encore tendance à manger machinalement ce que j'ai sous la main).


Je vais donc mettre quelques aliments salés (très bonne idée les Tuc) avec mes gâteaux.



iloyamé 05/10/2011 08:29


Si tes 2 dernières bouchées te font envie et bien mange les..... moi je suis le Dr Cohen, j'ai le droit de manger de tout mais il faut juste peser ses aliments, je préfère un "rééquilibrage"
alimentaire plutôt que des frustrations. Hier soir il y avait un sujet à ce propos sur 100% mag, si on se prive trop on reprend nos kilos. Aller bon courage, après tout nous ne sommes que des
humains tentés par tout les bonnes choses de la vie, mais qui ne sont pas bonnes pour notre tour de taille.


teparlerdemavie 05/10/2011 09:56



Le but de la méthode zermati est d'apprendre à manger à sa faim (ce sont les aliments mangés au-delà de notre faim qui font grossir). Je mange beaucoup trop lors des repas (d'où mon
surpoids) j'apprends donc à en laisser dans mon assiette pour contrer cette croyance débile : "il faut toujours finir son assiette pour ne pas gâcher". Et c'est bien mon problème. Si j'ai faim,
je mange ces dernières bouchées mais la plupart du temps, je n'ai plus faim, je termine donc par habitude et j'aimerais que ça cesse.


Je ne me prive pas en ne mangeant pas ces dernières bouchées puisque je n'ai plus faim, c'est juste une très mauvaise habitude ancrée en moi qui me pousse à le faire. Et j'en ressens encore de la
frustration (mais elle finira bien par disparaître).



lillyrose 05/10/2011 08:21


Comment ne pas faire de fixation sur le fromage? ça doit être impossible pour quelqu'un de normalement constitué...La route est longue, mais tu la parcours un peu chaque jour. Il paraît qu'une
bonne analyse chez un psy c'est au moins 10 ans, tu ne vas pas tout résoudre de tes addictions, compulsions en quelques mois. Moi non plus d'ailleurs :)


teparlerdemavie 05/10/2011 09:51



Je me laisse du temps. ça ne fait que 4 mois que j'ai entamé cette méthode alors que je compulse depuis 10 ans! Je ne peux pas aller plus vite que la musique! lol