Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Oh my god! Je suis... coincée !

Publié le par teparlerdemavie

Oh my god! Je suis... coincée !

J'ai toujours cru être un peu folle dans le style fofolle, dérangée, décalée, farfelue, toquée, extravertie... et je viens de réaliser qu'en fait j'étais, au contraire, introvertie et complètement coincée!

Et ça, je l'ai découvert lors d'une séance de qi gong où l'on devait (on n'est que 3 filles –je les connais-, donc ça n'est pas une question d'image à préserver) extérioriser nos blocages en expulsant l'air en faisant des grands Ah!

Je me suis sentie inhibée, empruntée avec le sentiment d'être en prison dans mon propre corps. Je ne sais pas comment l'expliquer pour que ce soit compréhensible mais j'avais un regard étonné de ce ressenti. Étonné mais sans jugement car ça m'a fait prendre conscience de beaucoup de choses et de nombreux moments où je me sentais mal sans comprendre pourquoi.

Cela peut paraître curieux de ne pas savoir cela sur moi mais j'ai avancé si longtemps sur mon chemin de vie sans savoir qui j'étais réellement, en me voilant la face pour ne pas souffrir, en me coupant de mes propres sentiments et avancer un peu sur un mode "bulldozer" comme protection.

Tout ça pour dire que je ne m’interrogeais pas réellement, me considérant, dès le départ comme coupable de tout donc sans grand désir de me pencher sur mon cas et d’en souffrir une fois de plus.

Et là, grosse révélation ! Et j’en suis heureuse car ça va me permettre d’appréhender les choses (et mon corps) différemment. Et d’être bien plus indulgente envers moi. Parce que d’avoir osé le dire devant tout le monde m’a retiré un poids énorme.

 

LIEN PHOTO

Publié dans Te parler de ma vie.

Partager cet article

Repost 0

Critiquez, n'insultez pas.

Publié le par teparlerdemavie

Critiquez, n'insultez pas.

J’écris. J’aime ça. Je ne sais pas d’où ça vient (personne n’écrit dans ma famille) mais c’est quelque chose qui m’habite, me donne vie, m’enthousiasme… depuis des années.

Je devais être au collège lorsque j’ai commencé à écrire mes premières lignes. C’était mauvais mais tellement réjouissant. Mon but n’a jamais été de devenir célèbre en me faisant publier. Non, mon but n’a jamais été de mettre l’un de mes écrits en pleine lumière et lorsque je lis certaines blogueuses à la critique facile démonter purement et simplement certains livres, je me dis que j’ai bien raison.

Je ne comprends pas certains billets qui descendent en flèche des romans avec une méchanceté qui me laisse pantoise. Pourquoi tant d’animosité ?

Alors qu’on ne s’y trompe pas, je ne suis pas contre la critique à partir du moment où elle est constructive, bien menée et réaliste. Je lis plusieurs blogs de lecture dont les critiques négatives sont intéressantes et surtout valables car elles touchent au fond, pointent du doigt des aspects, sujets à la critique mais lire que tel roman, c’est de la merde, le comparer à quelque chose d’abject en sachant que dernière chaque histoire, il y a un être humain qui se prend ces jugements en pleine face, je trouve ça d’une violence !

Alors, vous allez me dire qu’il y a des romans qui sont vraiment mauvais (j’en ai lu moi-même certains qui ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable) mais de là à aller balancer 4 mots odieux sur son blog, j’avoue que je ne comprends pas.

Personnellement, mon blog n’est pas une poubelle, je n’ai pas envie d’y mettre des mots et encore moins des messages salissants. Je veux, au contraire, le respecter.

Il y a 20 ans, j’aurais peut-être fait partie des gens qui salissent sans aucun argument (et encore, j’ai tellement de respect pour les auteurs que je ne sais pas si c’est quelque chose que j’aurais pu faire) mais je sais qu’aujourd’hui, je n’en vois pas l’intérêt hormis celui de vomir sa rancœur.

Pour moi, une critique, c’est un point de vue objectif sur un écrit. Il n’est pas nécessairement positif mais ne sera jamais gratuitement méchant parce que j’estime que tous les goûts sont dans la nature et tout travail mérite un minimum de respect. J'aime trop les livres et les auteurs pour les dénigrer de quelques mots jetés à la va-vite sans aucune considération. 

Ps : cette photo parce que les livres sont des phares dans mes nuits insomniaques.

 

LIEN PHOTO

Publié dans Libre expression.

Partager cet article

Repost 0

Nostalgie.

Publié le par teparlerdemavie

Nostalgie.

Est-ce qu’on devient vieille le jour où l’on se met à écouter nostalgie ?

Je me suis posée la question alors que la station de la radio dans ma voiture était sur « nostalgie ». J’ai de suite pensé à mes enfants en les imaginant se moquer gentiment de mon grand âge.

C’est drôle comme nos goûts changent avec le temps et comme nos souvenirs d’adolescence, alors que nous critiquions les choix musicaux de nos parents, se retournent un jour contre nous.

Je regarde tout cela avec un sourire tout en chantant avec plaisir les vieux tubes d'Alain Souchon... 

"j'ai 10 ans, je sais que c'est pas vrai mais j'ai 10 ans. Laissez-moi rêver que j'ai dix ans. Ça fait bientot quinze ans que j'ai dix ans. Ça parait bizarre mais.  Si tu m'crois pas hé. T'ar ta gueule à la récré..."

 

LIEN PHOTO

Publié dans La joie d'être maman.

Partager cet article

Repost 0

Résurrection.

Publié le par teparlerdemavie

Résurrection.

Ce que j’aime dans le printemps, c’est comment, du jour au lendemain la végétation reprend vie.

Sur mon balcon j’ai quelques plantes en pot et je suis toujours aussi surprise de voir qu’en à peine quelques jours, les branches de mes grimpantes, qui, tout l’hiver, ressemblaient à du bois mort, se sont recouvertes de bourgeons.

C’est comme une renaissance chaque année, une résurrection magique qui me donne toujours le même frisson.  

La nature reprend vie et apporte avec elle l’espoir, la détermination et la beauté. Le printemps est en cela, pour moi, la plus belle des saisons.

« Le printemps s'annonce toujours rempli de promesses... sans jamais nous mentir, sans jamais défaillir. » Michel Bouthot

 

LIEN PHOTO

Partager cet article

Repost 0

Comment accepter l'inacceptable?

Publié le par teparlerdemavie

Comment accepter l'inacceptable?

Depuis deux jours, on ne parle que du suicide. Des psychiatres viennent sur des plateaux télé, à la radio, détailler toutes les formes de suicide et expliquer les raisons qui poussent certains à passer à l’acte. Mais savoir pourquoi ce co-pilote a décidé, un jour, de prendre la vie de 147 personnes en plus de la sienne, demeurera à jamais un mystère.

Que peut-il se passer dans la tête d’un homme lorsqu’il décide d’un tel acte ? Comment, ce que j’appelle un crime, peut-il être pardonné ?

Depuis que l’on sait que ce vol comptait une quinzaine d’élèves de retour de voyage scolaire, je ne peux m’empêcher de me mettre à la place des parents. J’ai parlé, il y a peu du voyage à Berlin de mon fils et je me souviens des mots rassurants que j’avais reçus. Oui, effectivement, l’avion est le moyen de transport le plus sûr… jusqu’à… jusqu’à ce qu’un jour, un homme décide de mettre fin à ses jours.

Je suis en état de choc, en empathie totale avec les parents et les familles de toutes les victimes. Comment une telle chose a-t-elle pu arriver ?

J’aurais pu, dans d’autres circonstances avoir de la tristesse pour cet homme dont la vie paraissait bien trop lourde et difficile pour être vécue. J’aurais pu entendre sa douleur, son désespoir. Mais là, cela m’est totalement impossible. Je n’y parviens pas.

J’ai entendu hier un prêtre parler de pardon, de compréhension pour ce pauvre homme qui, semblait-il souffrait terriblement pour en arriver à un tel acte. Je suis désolée, je ne suis pas charitable, je ne peux tout simplement pas l’être quand on touche aux vies innocentes de plus de cent personnes.

J’imagine l’horreur de ce qu’a dû être l’instant où les familles ont compris qu’il s’agissait du vol dans lequel se trouvait un de leurs enfants, un proche, un ami, un père, une mère, un frère, une sœur… je l’imagine sans mal pour m’être moi-même projetée dans cette angoisse irrationnelle en attendant que l’avion de mon fils atterrisse sans encombre.

À la différence que mon fils a passé la porte de l’aéroport, un grand sourire aux lèvres et que ces parents vivront à jamais avec ce cauchemar devenu, pour eux, une réalité.

 

LIEN PHOTO

Publié dans Libre expression.

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>