Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

5 articles avec je vis dangereusement.

Chez le dentiste.

Publié le par teparlerdemavie

Chez le dentiste.

Finalement, je me rends compte que je suis assez froussarde, je m’effraie de peu. Par exemple, la semaine dernière je suis allée chez le dentiste (j’ai peur des dentistes).

C’est un tout nouveau dentiste qui s’est installé dans mon village et j’ai voulu le tester (si ça peut m’éviter de devoir prendre la voiture pour me rendre dans le village voisin).

Et donc, me voilà franchissant les portes de son cabinet flambant neuf et première surprise, ce monsieur (qui ressemble à LUI. Si, si, je vous jure ! Bonjour l’angoisse) m’attendait sur le pas de sa porte le sourire (carnassier) aussi engageant que devait l’être l’homme de Cro-Magnon face au mammouth, ce bel animal qui allait lui servir de repas durant les 15 prochains jours.

Bref, toujours est-il qu’il m’attendait, visiblement ravi de me voir et ça m’a filé les chocottes ! Et si j’étais sa seule patiente ? Peut-être étais-je la seule à avoir osé franchir le pas de sa porte depuis son installation plusieurs mois plus tôt.

Et là, il m’accueille avec un accent du sud-ouest (j’habite à l’opposé) à couper au couteau. Crédibilité zéro !

Je ne sais pas pourquoi ça m’a perturbé à ce point !

Et voilà qu’il m’examine la dentition en commentant de façon légère, le sourire dans sa voix, visiblement très amusé par mes dents et ma minuscule carie (pour laquelle j’ai fait le déplacement). Et le voilà qui répète pas moins de 5 fois (j’ai compté sous le coup de la peur) « oh, c’est juste une carie, une toute petite carie ! »

Je me pose de suite des questions sur ses compétences, surtout qu’il se plante devant moi sans bouger un pouce (quoi ? elle va se soigner toute seule, cette « toute petite carie » ?), un grand sourire (flippant) sur son visage de « joyeux de la classe ».

Bon, déjà que je ne m’attendais pas à voir une personne de plus de 50 ans (les nouveaux arrivants sont souvent des jeunes diplômés… enfin, je le croyais jusqu’à lui) mais en plus, s’il se comporte bizarrement, ça ne va pas me rassurer.

Au final, il m’a soigné cette carie… à vif ! J’ai cru mourir, j’ai quémandé une anesthésie en m’accrochant désespérément aux bras du fauteuil (j’ai dû y laisser l'empreinte de mes ongles) « mais non, elle est toute petite »

Oui peut-être mais ça fait un put*** de mal de chien ! Et tout ce qu’il a réussi à me dire lorsque je lui ai parlé de ma phobie du dentiste, c’est cette phrase extraordinaire (censée me rassurer) qui me restera en mémoire jusqu’à la fin de mes jours : « Avant, les gens souffraient car on n'avait pas les moyens de les soulager, maintenant avec les anesthésies, on peut se faire soigner sans crainte ».

Ah oui, en es-tu bien sûr ?

Avant, on souffrait chez le dentiste mais ça c’était… euh… hier ?

 

LIEN PHOTO

Publié dans Je vis dangereusement.

Partager cet article

Repost 0

Où je parle des blogs littéraires.

Publié le par teparlerdemavie

books by de ice11

 

Non, je ne suis pas une sommité en la matière, je devrais même fermer ma bouche côté critique (oui, d’abord pour qui elle se prend celle-là !) mais c’est plus fort que moi, il faut que je vous le dise :

 

Je ne lis jamais un article écrit dans un blog littéraire en entier !

 

J’ai honte, je l’avoue mais ce qui m’intéresse avant tout dans un billet qui parle d’un livre, c’est l’avis du blogueur et pas tout ce qui tourne autour de l’histoire, la description ultra détaillée du roman et les longs résumés (j’aime les résumés de 3 lignes qui parviennent à éveiller ma curiosité et non les paragraphes de 40 lignes qui en dévoilent beaucoup trop à mon goût).

 

Je ne suis pas une grande intellectuelle qui se délecte d’auteurs ardus qu’il fait bon avoir chez soi (pour l’ego). J’aime tous les genres, je ne rejette aucun auteur mais ce que j’attends d’un billet sur un livre, c’est avant tout qu’il aiguise ma curiosité, qu'il me donne envie de me plonger dedans et non de me flinguer (ou de me sentir conne parce que je n’ai pas saisi toutes les implications du style littéraire!).

 

Bref ! J'aime quand on me fait vivre une émotion et non quand je crains m'endormir au bout de 5 lignes alors que l'article en comprend 75 (oui, je les compte!).

 

Alors heureusement (oui, on l'a échappé belle), il y a des blogs littéraires super sympa, que j'adore, qui parlent de TOUS les genres de bouquins et pas seulement de ceux dont le nom de l'auteur est imprononçable, un peu comme les intellos qui se vantent d'avoir vu tous les films de Goran Paskaljević (le premier qui dit qu'il connait ses oeuvres est banni à jamais des commentaires ! Faut pas déconner!)

 

Si tu tiens un blog littéraire à portée de tous, n’hésite pas à te faire connaître. Si tu tiens un blog littéraire où tu donnes ton avis, sans en passer par 75 lignes de mise en situation de l'intrigue, tu peux aussi te faire connaître.

 

Et si tu as détesté mon billet, qu'il t'a fait t'arracher les cheveux, jurer comme une charretière (« pour qui elle se prend cette grosse conne ! » Oui, je t'aide à trouver l'injure qui convient) crois-moi que j'en suis bien désolée. Et sache que je ne cours pas très vite, il te sera donc facile de me rattraper et de me donner la correction que je mérite (ou pas, à toi de voir).

 

Et même pas que suis jalouse des filles capables de pondre une critique élaborée alors que je peine à décrire l'émotion qu'a pu me donner un bon bouquin. Non... même pas !

 

Juste pour le plaisir, voici le lien d'un blog que je viens de découvrir et qui m'a plu d'emblée : "Accro aux mots"

 

PS : je crois que je vais créer une nouvelle rubrique :

"Mon avis vous intéresse. Et même s'il ne vous intéresse pas, je vous le donne quand même".

 

Voilà, c'est dit !

 

PS² : à prendre au 8e degrés, je ne suis pas aussi imbuvable que je veux bien le laisser paraître (ni aussi conne. Quoi que... parfois, je me pose la question).

 


 

Publié dans Je vis dangereusement.

Partager cet article

Repost 0

J'ai testé... la fausse coupe de cheveux.

Publié le par teparlerdemavie

Cut_by_czas.jpg

 

Alors oui, vous vous demandez comment est-ce possible de se faire couper les cheveux sans se faire couper les cheveux (oui, je sais, c'est tordu!).

 

Et bien, vendredi je suis allée chez le coiffeur pour rafraîchir ma coupe (ma dernière visite remontait au mois d'avril : gros yeux de la coiffeuse, du genre, vous n'êtes pas suffisamment assidue). Je lui ai expliqué (trop vaguement apparemment) ce que j'espérais comme nouvelle tête et soit je suis nullissime en explication, soit la nana avait décidé de n'en faire qu'à sa tête (de ma tête).

 

Bref, toujours est-il que j'ai eu beau, à plusieurs reprises, lui dire qu'elle pouvait (devait!!!) couper plus court, elle n'a eu de cesse de me répéter « attention, les cheveux remontent dès qu'ils sont secs ».

 

Oui mais pas de 3 bons centimètres.

 

Voilà comment, je suis rentrée chez moi et que personne n'a vu que j'avais passé mes 2 dernières heures chez le coiffeur.

 

Quelle frustration !

 

60 euros de gaspillés et mon ego en miette car je m'en suis voulue durant des heures de ne pas avoir été plus instistante !

 

Résultat : ma coupe est à peine différente d'avant mais mon ego a pris un sacré coup de ciseau !

 

Publié dans Je vis dangereusement.

Partager cet article

Repost 0

J'ai testé... le massage énergisant.

Publié le par teparlerdemavie

light-massage-ambiance1.jpg

 

Ne voulant pas rester sur ma mauvaise expérience chez la réflexologue, sur les conseils (avisés) d’une amie, j’ai pris, samedi dernier, rendez-vous pour une séance de massage énergisant (oui, j’aime vivre dangereusement).

 

Mon amie m’avait expliqué que ce massage était idéal pour bien entamer la saison automnale. On te masse certains points du corps pour faire circuler les bonnes énergies souvent coupées par des blocages (et quand les bonnes énergies ne circulent plus, c’est la cata !)

 

J’y suis allée assez sereine avec la ferme intention de dire STOP si jamais ça tournait mal (mon nouveau MOI s'affirme... enfin, je l'espère, je ne l'ai pas encore testé). Je rencontre une femme très sympathique avec laquelle je discute un moment (des soucis de santé, du moral…). L'ambiance est très zen avec des bougies, musique douce, des odeurs d'huiles essentielles qui te font planer avant même de commencer.

 

Puis, elle m’invite à m’installer sur la table de massage.

 

Elle commence par masser certains points situés sur le cuir chevelu et même si elle insiste sur des points plus sensibles, ça reste agréable, en fait, j'adore qu'on me masse la tête.

 

Puis, elle passe à la nuque, aux épaules puis le dos et les rein. Un peu moins sympa, les reins, selon elle, ça ne drainait pas terrible niveau énergie à cet endroit-là !.

 

Le massage était un mélange de digipuncture, de drainage et de longs effleurements qui détendent bien (elle a tiré aussi sur mes jambes pour débloquer les articulations).

 

Contrairement à la réflexologie plantaire, j’ai ressenti les effets de façon assez immédiate et spectaculaire (durant toute la soirée) : j’ai été faire pipi toutes les 10 minutes ! Waouh ! Ça m’a bien drainé la flotte qui stagnait dans mon corps !

 

En conclusion : je n'avais pas une énergie super fluide, j'avais pas mal de blocage selon elle mais contrairement à la réflexologie, j’ai ressenti un mieux être les jours suivants : plus d’énergie, moins de fatigue, meilleur sommeil (pas difficile vu que j’étais devenue insomniaque) et en plus, j’ai beaucoup éliminé !

 

Je pense que j’y retournerai car j'ai réalisé que le stress, les excès... s'accumulent dans ton corps qui finit par en souffrir. On tire toujours un peu sur la corde et il est bon de temps en temps de remettre un peu d'ordre dans tout ça. 

Publié dans Je vis dangereusement.

Partager cet article

Repost 0

J'ai testé... la réflexologie plantaire.

Publié le par teparlerdemavie

_wsb_290x272_pieds.jpg

 

Et j'ai dégusté!

 

Quelques précisions trouvée sur Wikipédia : « la réflexologie plantaire est une méthode de soin grâce à laquelle des points sur la surface du pied sont traités afin de stimuler les zones réflexes en correspondance ou en lien avec les organes du corps humain ».

 

J'ai pris rendez-vous, persuadée de vivre un moment inoubliable, de détente et de douceur. Ce moment fut effectivement inoubliable mais pas dans le sens que j'espérais!

 

J'ai cru mourir.

 

Et j'ai aussi appris que rien mais alors rien ne fonctionnait correctement chez moi (à part le centre nerveux de la douleur, qui, lui, est au taquet!).

 

Les débuts, je dois l'avouer, étaient prometteurs. Elle s'est enduite les mains d'huile (qui sentait délicieusement bon) et les a délicatement posé sur mes pieds. Un pur moment de grâce.

 

Le seul. 15 secondes à tout casser.

 

J'étais prête à vivre les 30 plus belles minutes de ma vie quand elle m'a attrapée chaque pied et a décidé d'en faire du steak haché.

 

Je l'entendais énumérer mes organes en massacrant ma voute plantaire : « là, c'est l'estomac » (douleur épouvantable, finis les lasagne-pizza-hamburger, je passe à la feuille de salade-tomate cerise), « là, le foie » (ouillouillouille! Au revoir pastis-rosé, bonjour cristaline-évian-contrex!), « là, la vésicule biliaire » (la vésicule? Ça sert à quoi d'abord? A part faire souffrir les gens comme des CHIENS?, « là, le gros intestin » (c'est décidé, je m'inscris au stage « jeûn et randonnée »)... je vous épargne le couplet sur mes organes intimes et je me félicite d'avoir eu mes enfants lorsque j'étais encore jeune... et en bonne santé.

 

Et que dire des orteils, qu'elle a tiré, vrillé, secoué dans tous les sens! De la torture à 50 euros la séance, ça fait cher quand même!

 

Et j'ai cru être enfin délivrée de ce supplice lorsqu'elle a retiré ses mains de mes pieds... pour me labourer les mollets!

 

Trois aller-retours, pas plus mais avec une force qui a délogé direct ma cellulite qui stagne à présent sur mes genoux!

 

Je suis ressortie en la suppliant d'appeler une ambulance pour ne pas mourir sur le pas de sa porte mais elle m'a sourie, amusée par mon humour (nan! Je ne rigolais pas!) et m'a dit que la 1ère séance était souvent délicate (délicate? Putain, j'ai les peids en bouillie!) mais qu'une fois tous les organes remis en place, je me sentirais bien mieux!

 

C'est peut-être vrai mais c'est pas sûr qu'elle me revoie pour m'en convaincre.


Publié dans Je vis dangereusement.

Partager cet article

Repost 0