Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

39 articles avec la joie d'etre maman.

Nostalgie.

Publié le par teparlerdemavie

Nostalgie.

Est-ce qu’on devient vieille le jour où l’on se met à écouter nostalgie ?

Je me suis posée la question alors que la station de la radio dans ma voiture était sur « nostalgie ». J’ai de suite pensé à mes enfants en les imaginant se moquer gentiment de mon grand âge.

C’est drôle comme nos goûts changent avec le temps et comme nos souvenirs d’adolescence, alors que nous critiquions les choix musicaux de nos parents, se retournent un jour contre nous.

Je regarde tout cela avec un sourire tout en chantant avec plaisir les vieux tubes d'Alain Souchon... 

"j'ai 10 ans, je sais que c'est pas vrai mais j'ai 10 ans. Laissez-moi rêver que j'ai dix ans. Ça fait bientot quinze ans que j'ai dix ans. Ça parait bizarre mais.  Si tu m'crois pas hé. T'ar ta gueule à la récré..."

 

LIEN PHOTO

Publié dans La joie d'être maman.

Partager cet article

Repost 0

L’amour inconditionnel.

Publié le par teparlerdemavie

L’amour inconditionnel.

Je prends conscience un peu plus chaque jour de l’importance d’offrir à chacun de mes enfants un amour inconditionnel. Celui qui l’emporte sur la raison, qui se fait sans jugement, sans aucune attente en retour. Celui qui touche le cœur, le remplit et le gonfle d’un sentiment irremplaçable.

J’avais ce vide en moi. Ce trou béant, dénué de cet amour, le coeur creusé jusqu’à la racine de conditions inaccessibles. Et de le comprendre m’a fait un choc violent. La réalité m’a percuté de plein de fouet.

J’aime mes enfants de la plus belle façon qui soit mais le temps a passé et leur indépendance m’a éloigné peu à peu de l’essentiel : leur dire à quel point je les aime et comme ils sont présents dans mon cœur quel que soit leur choix.

Je me souviens d’eux, bébé et comme il était facile de leur dire ces mots d’amour et puis, je ne sais pour quelle raison, j’ai perdu peu à peu ce vocabulaire, entrant dans des considérations plus terre à terre. Mais aujourd’hui, je sais que les mots restent, qu’ils s’impriment, se gravent dans notre tête et je sais à que point leur absence nourrit le doute. 

Alors, je leur dis, je renoue le dialogue et je n’en lâche plus le fil car il n’y a pas d’âge pour dire à nos enfants à quel point on les aime de façon inconditionnelle.

Et je le dis haut et fort : "Mes enfants, je vous aime".

 

LIEN PHOTO

Publié dans La joie d'être maman.

Partager cet article

Repost 0

Ich bin ein berliner.

Publié le par teparlerdemavie

Ich bin ein berliner.

Mon fils est parti à Berlin pour une semaine (voyage scolaire). C’est la première fois qu’il s’éloigne de nous si longtemps (c’est juste la première fois qu’il quitte la maison plus de 4h). Nous avions accueilli il y a quelques mois, sa correspondante chez nous, une fille très sympathique (et très timide) qui ne parlait presque pas français et utilisait son smartphone comme traducteur (c’est là que tu prends un coup de vieux en te rappelant qu’à « ton époque » ça n’existait pas).

Alors bien évidemment, je ne vous parlerai pas de ma peur irrationnelle de maman qu’il se passe un truc de travers, non, je ne vous parlerai pas non plus de mes angoisses en l’imaginant toutes ces heures dans un avion (mon bébé !!!), ni de mon cœur qui bat à l’idée que… que… que quoi ? Eh bien que ça puisse mal se passer.

Non, je ne vous parlerez pas de tout ça… je vais donc achever ici mon billet et aller apprendre à respirer pour ne pas hyperventiler ! 

 

LIEN PHOTO

Publié dans La joie d'être maman.

Partager cet article

Repost 0

Donnons-leur de l'amour.

Publié le par teparlerdemavie

 

love_by_bluecknight-d5f84z9--1-.jpg

 

Je me souviens des paroles de mon pédiatre lorsque je lui parlais de l’amour que j’avais pour mes enfants.

 

Un amour foudroyant, viscéral, qui abreuvait chaque cellule de mon être.

 

Cet amour me faisait peur. Je n’avais pas peur de m’y perdre, non, j’avais peur pour mes enfants. Je me disais qu’aimer autant ne pouvait que leur nuire.

 

Et il a eu cette phrase : « On ne donne jamais assez d’amour à nos enfants. Plus un enfant est aimé plus il deviendra un être social à l’âge adulte. Les jeunes adultes qui ont du mal à se détacher de leurs parents, sont des êtres qui sont toujours en attente. Ils espèrent recevoir, un jour, l’amour inconditionnel de leur père et de leur mère mais cet amour ne vient pas alors ils s’accrochent à eux, ils s’accrochent désespérément à cet espoir vain. »

 

C’était la plus belle chose qu’on m’avait dite et de plus, sa phrase me parlait puisque je l’avais moi-même expérimentée.   

 

Alors, bien évidemment, je ne parle pas d’un amour fusionnel extrême, malsain. Je parle juste de l’amour d’une maman pour ses enfants.

 

Mes enfants, je les aime et je ne me prive pas de leur dire. Ils grandissent et se détachent peu à peu de moi, sans heurt et je me dis que j’ai eu raison de ne pas retenir mes sentiments et de leur exprimer ouvertement.

 

Car l’amour… il n’y a que ça de vrai.

 

 

Photo by Bluecknight (Deviantart)

 

Publié dans La joie d'être maman.

Partager cet article

Repost 0

Qui aime (les livres) un jour, aime toujours.

Publié le par teparlerdemavie

 

Read_2_by_bypolar_bear.jpg

 

Si vos ados ont abandonné leurs livres dans un coin, si votre passion de la lecture que vous pensiez leur avoir transmis semble se diluer dans le temps… ne perdez pas espoir !

 

Qui a aimé lire enfant, retrouvera la passion de la lecture plus tard.

 

Lorsque mes enfants étaient petits, nous allions tous les mercredis après-midi à la bibliothèque de notre village assister à la séance de lecture puis, nous choisissions quelques livres à ramener à la maison.

 

Jusqu’à l’entrée dans l’adolescence, mes enfants ont adoré lire. Ils étaient de grands amateurs d’ouvrages en tout genre et se délectaient de passer un moment en compagnie d’un bon roman ou d’une bande dessinée sympa.

 

Et puis, leur amour s’est peu à peu étiolé… ils ont délaissé leurs livres et préféré l’ordinateur ou la télé. Je me suis sentie triste de cet abandon, j’ai même cru un instant avoir échoué dans mon ambition de leur transmettre ma passion pour la lecture.

 

Mais, au fil des ans, en grandissant, ma fille aînée a retrouvé le goût de lire. Elle m’emprunte mes romans dans ma bibliothèque, en commande certains et nous partageons nos avis avec passion.

 

Que ça fait du bien !

 

Et j’ai compris maintenant, qu’elle était passée par une étape nécessaire dans sa vie et qu’en grandissant, vieillissant, elle revenait petit à petit à l’essentiel.

 

Je la laisse reprendre goût à son rythme (qui s’accélère de semaines en semaines) et regarde avec un sourire indulgent, son frère entrer dans l’adolescence et abandonner peu à peu ses chers livres (même s’il se garde encore quelques plages de lecture).

 

 

Photo by bypolar-bear (Deviantart)

 

Publié dans La joie d'être maman.

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>