Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

17 articles avec libre expression.

En état de choc.

Publié le par teparlerdemavie

En état de choc.

Je suis en état de choc. Il n’y a pas d’autres mots.

Des hommes et des femmes ont été abattus, sauvagement assassinés pour la liberté d’expression, pour la liberté de la presse. Pour notre liberté à tous.

Comment une telle chose puisse être possible.

Je suis profondément affligée, triste et horrifiée devant un tel acte.

J’ai une pensée appuyée pour les familles et les proches de toutes les victimes.

Charlie Hebdo, c’est ma jeunesse. Mes parents tenaient un kiosque à journaux quand j’étais ado et le mercredi après-midi, je m’installais dans l’arrière salle et je lisais Charlie Hebdo. Je ne comprenais pas toujours tout mais ça me faisait marrer, leur insolence m’exaltait.

Le 7 janvier ne sera plus jamais un jour comme un autre.

Je reprends les mots d’une inconnue citée au journal de 20h :

« Vous vouliez tuer Charlie hebdo, vous venez de le rendre immortel ».

Alors oui, je sais, ça fait un billet de plus sur Charlie Hebdo mais on ne sera jamais assez nombreux pour leur rendre hommage.

 

LIEN IMAGE

Publié dans Libre expression.

Partager cet article

Repost 0

Paris n'est pas la France!

Publié le par teparlerdemavie

b94e8eb40a2952488cbc3d7597a96dff

 

 

Je me suis rendue compte que nos médias, quels qu’ils soient, se focalisaient très souvent sur Paris.

 

Avez-vous remarqué comme les magazines mettent constamment en avant les adresses des meilleurs instituts, coiffeurs, boutiques ou restaurants de... Paris ? A croire qu'il n'y a que les parisiennes qui achètent ces fichues magazines et nous pauvres provinciales que nous sommes, ne nous reste qu'à baver sur le dernier établissement à la mode de la capitale (dans lequel nous ne mettrons jamais les pieds).

 

Et il faut attendre qu'on nous octroie un « spécial » Bordeaux, Lyon ou Marseille pour qu'on se sente un peu à l'honneur ! Là, c'est carrément la fête ! (si tu habites à Metz, Laval ou Brest, tu oublies! Faut pas déconner non plus!)

 

Et hier encore, alors qu’il était question du prix du carburant et du coût du transport dans le budget d’une famille, les journalistes à l’antenne (radio) et leurs intervenants n’ont cessé de pointer du doigt le comportement des habitants de la région parisienne et les problèmes de transports en commun à Paris. En précisant que les parisiens devaient aussi apprendre à laisser leur voiture pour prendre le métro (je croyais pourtant que c’était ce qu’ils faisaient déjà, non ?)

 

J’ai patiemment attendu qu’ils abordent aussi (enfin) les vrais problèmes de transport dans nos magnifiques régions et surtout de l’obligation pour certaines personnes de prendre son véhicule pour aller bosser chaque matin (pas le choix).

 

Mais non, rien !

 

Pour eux, le problème résidait dans l’incapacité des parisiens à lâcher leur voiture ! Alors que franchement, ils pourraient très bien s’en passer ! (Rhoo qu’ils sont vilains et désobéissants ces parisiens !!) Et si tous les parisiens faisaient quelques efforts ils pourraient faire de belles économies (et accessoirement sauver la planète en limitant le trou de la couche d'ozone) et arrêter de se plaindre, bande de geignards que vous êtes !

 

Alors oui, à un moment donné, il a bien été question des « français » et pas seulement des « parisiens », quand a été mis en avant l’attachement immodéré, que nous, pauvres « automobilistes », portons à notre cher véhicule au point que l’on ne puisse plus s’en passer.

 

Donc manque flagrant de volonté de notre part ! (Bah oui, si on prend notre voiture, c'est juste par fainéantise et égoïsme).

 

Mais toujours pas un mot sur : pas d’autre choix !

 

Le seul à avoir osé dire « Attention, tout le monde ne peut pas se permettre d’aller bosser en transport en commun » a vu son discours abrégé et noyé sous les protestations de ses confrères avec une petite conclusion pathétique dans le genre « oui, bon, il y en a pour qui c’est peut-être compliqué (peut-être, sous-entendu que c’est encore à vérifier, on n'en est pas certain à 100%) mais vivre à la campagne, c’est un choix. Comprendre : tu as une vie de rêve sans bouchon, ni pollution alors va pas te plaindre si ça te coûte un bras d’aller bosser et si tu oses quand même te plaindre, viens donc faire un tour dans la capitale, tu verras, ça va te calmer direct !

 

Je ne voudrais pas dire (si, en fait, je le dis) mais non, la France ne se résume pas à Paris… et accessoirement à ses campagnes profondes. Il y a un monde incroyable (si, si) entre les deux, viens donc nous voir, on ne mord pas.

 

Il y a des villages à 30 kilomètres des grandes villes qui ne bénéficient pas de transport en commun suffisamment développés pour pouvoir se passer d’un véhicule (et je vous assure, ce n’est pas de la mauvaise volonté de notre part).

 

Et j’imagine, qu’il y a aussi tout un tas de petites villes qui ne sont pas non plus très performantes de ce point de vue là !

 

Alors, cessons les caricatures (oui, parce que le vilain automobiliste, il en a marre d’être montré du doigt, stigmatisé au point qu’un jour on finira par lui cracher au visage tellement ce sera indécent de posséder une voiture).

 

Et n’oubliez pas, les problèmes de transports ne sont pas parisiano-parisiens ! Ailleurs aussi on crève de ne pas en avoir.

 

Chez vous, c’est peut-être pas assez, chez nous, c’est pas du tout !

 


Publié dans Libre expression.

Partager cet article

Repost 0

Un rapport sinon rien!

Publié le par teparlerdemavie

Connection_by_arwenv.jpg

 

Oh que j’aurais aimé vous parler de rapport d'un tout autre genre (c’est dans l’air du temps. Vous avez remarqué comme la température a grimpé sur la blogosphère ces derniers jours. Allez jeter un oeil sur Hellocoton, il y fait très chaud! Et en ce début de mois de Novembre frisquet, ça fait du bien) mais non, je parle bien évidemment (of course! What do you expect?) des rapports que commandent nos gouvernements successifs, qui coûtent une blinde et ne servent à rien (vas-y que je te commande un rapport pour faire croire que ça m’intéresse mais que je te le relègue au fond du tiroir, la première occasion venue).

 

Et alors là, pas de distinction gauche-droite, ça dégaine le rapport de tous côtés.

 

J’aimerais bien que nos politiciens cessent de nous prendre (nous pauvres français ignares) pour des cons !

 

Et ça aussi, ça n’a pas de bord, on nous enfume à tout va !

 

Et que dire des socialistes qui continuent, 6 mois plus tard, à pleurer que la situation dans laquelle ils ont trouvé la France était catastrophique à cause de la droite (comme s’ils n’avaient pas une petite idée de la situation au moment des élections ou alors, ils sont totalement naïfs et là, ça craint un max).

 

Et de la droite qui pousse les socialistes à faire des réformes que eux n’ont pas faites alors qu’ils étaient au pouvoir depuis de nombreuses années.

 

Cessez de vous renvoyer la balle, la situation du pays et de ses habitants est suffisamment critique pour nous faire subir vos guéguerres politiciennes dont on se fiche éperdument !

 

A croire que le pouvoir rend les hommes mous, craintifs et pleutre!

 

J’ai toujours suivi les débats politiques, je me suis intéressée à l’avenir de notre pays mais là, y en a marre ! C’est usant de les voir se chamailler comme des collégiens immatures (usant et inquiétant). Alors messieurs, mesdames, faites honneur à la France et par pitié, relevez le niveau et agissez !


Publié dans Libre expression.

Partager cet article

Repost 0

Enfoncer une porte ouverte.

Publié le par teparlerdemavie

stairs_behind_the_door_by_zerberuz-d4l2w9a.jpg

 

Il y a, ce que j'appelle « enfoncer une porte ouverte » ou « aller dans le sens du vent ». C'est lorsqu'on aborde un sujet qui ne fera pas polémique et qui ira forcément dans notre sens.

 

C'est tellement bon pour l'ego de faire l'unanimité.

 

Et puis, il y a ces blogueurs (euses) qui osent.

 

Ils ne craignent pas la foudre, ils y vont et se lâchent et j'adore ça (sûrement parce que j'en suis incapable).

 

J’aime les blogs impertinents. Ceux qui dénoncent avec un humour féroce mais sans jamais se prendre au sérieux. Il y a des mecs et des nanas dans la blogo qui ont un talent qui fait plaisir.

 

Avoir de l’humour n’est pas permis à tout le monde.

 

Savoir dénoncer sans méchanceté, n’est pas permis à tout le monde.

 

Mais alors : dénoncer avec humour, c’est le pied absolu!

 

Et lorsque je tombe sur un blog qui combine tous ces talents, je garde, je prends, je savoure, ça me donne envie de me frotter les mains en anticipant le plaisir de lire leurs futurs billets.

 

Bien évidemment, il ne suffit pas d'aller à l'encontre de l'opinion publique en lâchant quelques mots dérisoires, pour me faire kiffer, il faut approfondir le sujet, expliquer son point de vue avec des arguments forts et c'est là que ça devient excellent !

 

Et puis, le plus important, c’est tout de même de ne pas se prendre au sérieux.

 

Alors tous ceux qui nous font marrer en racontant leurs déboires, qui balancent sans honte, qui sont irrévérencieux mais avec talent, continuez!

 

Régalez-nous encore et encore parce que dans un monde qui part en cacahuète, ça fait du bien !

 

Et si vous avez un blog qui ose (ou si vous en connaissez un), n'hésitez pas à laisser le lien, j'adore découvrir de nouveaux blogs.


Publié dans Libre expression.

Partager cet article

Repost 0

Le plaisir d'écrire... mais sans le talent (humour inside).

Publié le par teparlerdemavie

to write you a song by amongstotherthings-copie-1

 

Depuis quelques mois, je m'essaye à l'écriture (je m'essaye mais c'est loin d'être gagné). Alors pas pour me faire publier, ni même pour être lue par autrui mais juste pour le plaisir de noircir des pages avec une suite de mots tordus, drôles, voir poétiques, qui mis bout à bout racontent une histoire.

 

J'avais déjà tenté l'expérience l'année dernière. J'avais pondu une œuvre (n'ayons pas peur des mots) de plus de 300 pages dont je n'étais pas peu fière.

 

Et puis, pour je ne sais quelle raison obscure, j'ai fait la bêtise (quelle idiote ! parfois, je me demande si j'ai bien toute ma tête) de me relire.

 

Et là, affliction totale, déchéance suprême. Ce que j'avais entre les mains ne valait pas un clou (ni le marteau qui va avec), c'était même, soyons honnête, une vraie nullité !

 

Remise en question immédiate ! Auto-critique poussée, comment mon (humble) cerveau avait-il pu pondre une telle merde?

 

Bah ouais (relâchement intellectuelle... parce que se tenir bien c'est fatiguant), c'était nullissime.

 

Bon, à y regarder de plus près, peut-être qu'un ou deux paragraphes valaient bien la peine que j'y consacre autant de temps et d'énergie (car ça m'avait pris 6 mois c't'affaire) mais ces éclairs de génie étaient malheureusement profondément noyés dans la médiocrité générale.

 

Alors pour me réconforter, nombres de mes amis m'ont proposés de le lire, arguant que cela ne pouvait pas être si mauvais (si, si, je vous assure) et qu'aucun auteur ne pouvait juger de ses propres écrits (mais si l'auteur lui-même, qui, rappelons-le, à une haute estime de lui, reconnaît, de lui-même, que c'est nul, pourquoi remettre sa parole en doute ? Je vous le demande!)

 

Et bien évidemment, mes amis se comptant sur les doigts d'une seule main, je me suis abstenue de leur transmettre, histoire de ne pas tous les perdre d'un seul coup (comment pourraient-ils continuer à me voir d'une œil amical après avoir sondé les profondeurs marécageuses de mon cerveau?)

 

Forte de toutes ces belles constatations, j'ai (laissé tomber l'écriture) fait le choix de ne plus me (relire) mettre de pression et de n'écrire que pour le plaisir. C'est curieux d'ailleurs, j'ai glissé doucement vers l'écriture de romans érotiques parce que, comme le dit mon homme, le cul ça se vend bien!

 

Ah c'est beau d'écrire, nos intincts de poète s'épanouissent et notre (ahum!) talent s'étale au grand jour.

 

 

Publié dans Libre expression.

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 > >>