"L'enquête" de Vincent Garenq.

Publié le par teparlerdemavie

Image Allociné

Image Allociné

Hier soir, avec ma fille aînée, nous sommes allées à l’avant-première du film « L’enquête » de Vincent Garenq avec Gilles Lellouche et Charles Berling.

Synopsis (Pemière) : Le journaliste Denis Robert met le feu aux poudres dans le monde de la finance en dénonçant le fonctionnement opaque de la société bancaire Clearstream. Sa quête de vérité pour tenter de révéler "l'Affaire des affaires" va rejoindre celle du juge Renaud Van Ruymbeke, très engagé contre la corruption. Leurs chemins vont les conduire au cœur d'une machination politico-financière baptisée "l'affaire Clearstream" qui va secouer la Vème République.

De l’affaire Clearstream, j’avoue en avoir surtout gardé le souvenir de la partie politique qui concernait De Villepin et Sarkozy, toute la partie financière, mon cerveau l’avait enterré quelque part entre deux affaires de corruption financière et de financement occulte de partis politiques.

J’ai donc vécu ce film comme une mise en lumière de tout ce qui m’avait échappé durant l’affaire. Et je dois dire que je me suis passionnée pour cette histoire.

C’est vrai que toutes les circonstances étaient réunies pour faire de cette soirée, un agréable moment : la salle était immense, l’écran géant, les fauteuils, du velours pour nos fessiers et l’équipe du film, Vincent Gareng, Gilles Lellouche et le journaliste Denis Robert étaient présents. Cela a donné une autre dimension à cette soirée.

J’ai aimé de bout en bout, je ne me suis pas ennuyée un seul instant, la réalisation est rythmée, les parties les plus opaques de l’affaire sont rendues compréhensibles (il y a quelques raccourcis mais c’est tout à fait compréhensible), les acteurs (que j’apprécie beaucoup) sont formidables, pas de temps mort ni de scènes longues ou nébuleuses (c’était ma grande crainte). Et n’oublions pas les quelques scènes familiales qui sont un contraste étonnant et donnent de l’épaisseur et de l’émotion au personnage.

Je craignais l’ennui, j’avais peur que le réalisateur me perde vite en chemin, que le scénario soit illisible ou confus eh bien non, c’était tout le contraire, je me suis plongée dans cette affaire et j’ai assisté à une enquête à la fois fascinante et effrayante (je me demande encore aujourd’hui comment Denis Robert a pu tenir le coup).

Alors si vous en avez l’occasion, si vous vous passionnez pour ce genre d’enquête, faites-vous plaisir ! Car il n’y a jamais de mal à se faire plaisir.

Bon film à tous.

Commenter cet article