Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Top-flop beauté 2012.

Publié le par teparlerdemavie

 

b96fe7ae6f2ff2c9e3b931549d5e9ecf-d4uzxs0.jpg

 

 

Même si je ne suis pas une spécialiste des trucs beauté, il m'arrive quand même de m'occuper de ma face de temps en temps et même d'apprécier certains produits.

 

Et il m'arrive même d'avoir envie de partager avec vous ce que j'ai testé et approuvé durant l'année.

 

Allez, c'est parti !

 

Mon gros coup de coeur : « Pore clarifying essence » de Kanebo.

 

Ce truc est tout simplement génial ! Lorsqu'il m'arrive d'avoir une mine atroce avec des irrégularités (genre, je n'ai pas fait de gommage depuis un siècle), je mets quelques gouttes sur mon visage, je masse et là, je retrouve une peau lumineuse, douce, un vrai miracle ! Je n'en reviens pas de son efficacité ! C'est un 10/10

 

2e coup de coeur : « Masque gomme de nuit » de Sampar.

 

Cette année, j'ai découvert les produits Sampar et mon préféré est vraiment ce masque de nuit qui te fait un teint de pêche le lendemain matin au réveil. En plus, il agit sur les boutons, les rougeurs et t'atténue tout ça en un clin d'oeil ! Topissime !

 

3e coup de coeur : la crème « R3 p cream » de Dr Brandt.

 

Alors, celle-là, on me l'a offerte (heureusement, elle coûte un bras). J'étais assez dubitative au début car je ne connaissais pas cette marque et ça ne me disait trop rien... et puis, j'ai très vite était conquise par son efficacité. Elle a une texture pommade très agréable à appliquer et m'a sauvé plusieurs fois la peau. Lorsqu'elle me tiraille, qu'elle rougit, qu'elle est moche, chiante, un peu de crème suffit à la soigner. Vraiment bluffante !

 

4e coup de coeur : « Le masque super hydratant » de Mosqueta's rose.

 

Déjà, c'est une marque que j'aime et toute leur gamme à la rose musquée est sensationnelle. Quant au masque, un vrai bain d'hydratation ! Lorsque je l'applique, je mets une couche (c'est un gel translucide), puis, souvent au bout de quelques minutes à peine ma peau a tout absorbé alors je mets une 2e couche, voir une 3e si nécessaire. La peau retrouve son hydratation, un vrai bonheur à l'application, surtout en été pour son effet fraîcheur.

 

5e coup de coeur : « Le baume de nuit purifiant Ylang-Ylang » de Décléor.

 

Oui, en plus d'avoir une peau mixte, hyper sensible, à tendance à se déshydrater en un clin d'oeil (ça c'est l'âge ma p'tite dame), elle se permet de me coller des boutons chaque mois ! Cette crème, je l'ai découverte lors d'un soin en institut et j'ai adoré. Elle a une odeur divine et j'aime le rituel d'applications (on met la quantité d'un grain de riz dans sa main, on les frotte doucement, on respire les huiles essentielles avant de l'appliquer sur le visage. Un vrai instant de détente).

 

6e coup de coeur : Le fond de teint « Diorskin nude » de Dior.

 

Je l'ai découvert cette année (j'en avais essayé beaucoup auparavant sans être vraiment convaincue) et là, je crois que j'ai trouvé MON fond de teint ! C'est juste celui qui me convient, je l'adore et je ne suis pas prête d'en changer.

 

Pour ce qui est des flops, je n'en citerai qu'un (je n'aime pas critiquer un produit car il peut ne pas me convenir mais être apprécié par beaucoup d'autres personnes).

 

La « bio oil » de Pur-cellin oil.

 

Alors cette huile, j'en avais beaucoup entendu parler et de façon dithyrambique. C'est une huile sois-disant miraculeuse qui efface les cicatrices du visage. Comme j'ai d'anciennes cicatrices sur mon visage, j'ai cru avoir enfin trouvé la solution mais le soucis, c'est que chez moi (contrairement aux autres apparemment), elle m'a fichue des boutons. J'ai insisté durant plusieurs semaines mais à chaque fois : boutons ! J'ai réessayé à 2 reprises mais pas d'évolution : ma peau ne changeait pas et toujours des crises de boutons après quelques jours d'utilisation. Tant pis pour moi, j'ai essayé, elle ne me convient pas mais ça ne veut pas dire qu'elle ne convient pas à d'autres.

 

PS : je précise que j'ai 42 ans, une peau mixte, hyper sensible à tendance déshydratée. Oui, parce qu'on n'a pas toutes la même peau, ni le même âge et que chaque produit qui me convient, peut, ne pas du tout convenir à d'autres peaux.

 

Photo by Carlsilver (deviantart)

Publié dans Belle - belle - belle!

Partager cet article

Repost 0

2013 sera...

Publié le par teparlerdemavie

 

ode_to_luck_by_branchewski-d51fggh.jpg

 

C’est la période de l’année où l’on aime bien prendre de bonnes résolutions, pour ma part, depuis 2 ans, j’ai cessé de m’imposer des objectifs. Donc, pas de chiffres, pas d’attente surréaliste, ni de grandes résolutions insoutenables (qui te font dire, à la fin de l’année qu’une fois de plus, tu as lamentablement échoué).

 

Je suis donc repartie à la quête de mes envies 2012, pour faire le point et voilà ce que j’avais écrit :

 

-Cesser de m'éloigner de mon corps en cérébralisant tout.

-Apprendre à vivre avec mes douleurs, ne plus les ignorer et les rejetter alors qu'elles font parties de moi. Poursuivre mes séances de méditation anti-douleur.

-Accepter chaque moment de bonheur comme un cadeau et ne plus en avoir peur. Faire cesser cette croyance que le pire est devant nous et croire au meilleur.

-Apprendre à m'aimer un peu plus chaque jour et combler ainsi l'immense vide que j'ai en moi.

-Accueillir et respecter mes émotions, les laisser vivre en moi puis les laisser s'en aller.

-Lâcher prise, ne plus lutter constamment contre mes émotions, mes regrets, cesser de retourner encore et encore dans le passé ou craindre le futur.

 

Je dois dire que je suis assez fière de mon année puisque j’ai touché du doigt plusieurs de mes espérances, j'avance dans le bon sens, ça fait du bien de lire à quel point j'avais déjà ce souhait d'être bien avec moi-même, d'aller de l'avant.

 

Pour 2013, j'espère poursuivre dans cette voie. Je mise beaucoup sur l'acceptation. L'acceptation de celle que je deviens jour après jour, l'acceptation de mon corps, de mon esprit, de mes choix.

 

J'ajouterai :

 

-Chasser cette petite voix cruelle que j'entends au fond de moi et qui persiste à me faire croire que la volonté est maîtresse et qu'il faut batailler sans cesse pour vivre.

 

-Croire en moi, en mes capacités à avancer sans heurt, tout en douceur.

 

-Poursuivre mes exercices de méditation "anti-douleur" et de pleine conscience.

 

-Repousser cette colère qui m'envahit lorsque la maladie gagne du terrain.

 

-Et poursuivre ce très beau chemin que j'avais entamé l'année passée.

 

2013 sera, j'en suis convaincue, une année de conquête, de renouveau et de découverte de soi. 

 

Il est parfois bon de mettre de côté ses grandes ambitions surréalistes pour aller cueillir ce qui est à portée de nous et apprendre à s'en satisfaire. C'est ça la vraie victoire, aimer son quotidien, ces moments simples qui nous procurent tant de bonheur. Être heureux, ça s'apprend. On avance pas à pas, on trébuche, se relève, on prend de l'assurance et on savoure.  

 

Bonne année à tous et à toutes, faites-vous du bien, ayez confiance en vous et ne baissez jamais les bras.

 

2013 sera... ce que vous voudrez bien en faire... car n'oublions jamais que nous sommes responsable de notre vie.

 

 

Photo by Branchewski (deviantart)  

Publié dans L'art de l'essentiel.

Partager cet article

Repost 0

Atomka de Franck THILLIEZ.

Publié le par teparlerdemavie

 

Au4l0z2CIAADdiE

 

Je n’avais encore jamais lu de livre de Franck Thilliez. Je ne sais pas pourquoi mais je m’étais persuadée qu’il écrivait des romans de type science fiction ou du genre paranormal (X-files, si tu vois ce que je veux dire) et je ne m’étais donc jamais intéressée à cet auteur jusqu’à ce que je tombe sur une critique de ce livre « Atomka » sur le blog de lôla « Blog de la peste ».

 

Elle a su éveiller ma curiosité et s’il y a bien un domaine où je suis du genre à tenter toutes les expériences, c’est bien dans celui de la lecture (aucune limite, j’ose tout !)

 

Et je ne l’ai pas regretté, bien au contraire (la preuve, je me suis déjà jetée sur deux de ses livres que je viens d’acheter… je suis irrécupérable !)

 

Alors commençons par le résumé :

 

"Entre le moment où s'arrête la vie et celui où commence la mort il existe une frontière. Certains l'ont explorée... À quelques jours de Noël une affaire d'envergure démarre pour Lucie Hennebelle et Franck Sharko, policiers dans la fameuse section criminelle du 36, quai des Orfèvres. Christophe Gamblin, journaliste de faits divers, est retrouvé mort de froid, enfermé dans son congélateur. Sa collègue est amie a disparu, alors qu'elle enquêtait sur un dossier explosif dont personne ne connaît le contenu. Sa seule trace est son identité griffonnée sur un papier détenu par un enfant errant très malade, aux organes déjà vieillissants. En parallèle, une ancienne affaire de femmes enlevées refait surface : des victimes jetées vivantes mais inconscientes dans des lacs quasi gelés, et secourues in extremis grâce à des coups de fil mystérieux à la police. Tandis que l'enquête s'accélère, Sharko est confrontéà de vieux démons. Une ombre évolue dans son sillage, jouant avec lui de manière dangereuse. Un duel secret et cruel s'engage alors, détruisant le flic à petit feu..."

 

 

J’ai découvert un auteur talentueux. On sent qu’il connaît bien son sujet, qu’il y a un gros travail derrière l’écrit. Il m’a fait penser à Grangé, c’est maîtrisé de bout en bout. On se plonge dans l’histoire et on ne la lâche plus.

 

J’ai dévoré les 600 pages (j’ai un faible pour les bons gros bouquins bien denses dont on sort repue et non frustrée) en quelques jours (2-3), tellement c’était prenant. L’auteur maintient la tension tout au long du roman, c’est parfois insoutenable, parfois plus léger (à peine) et on termine la lecture, limite en apnée !

 

J’aime, j’aime, j’aime !!

 

Quel plaisir, quelle excitation ! C’est du bon thriller comme je les aime ! Pas de temps perdu, pas de pauses inutiles, c’est efficace ! Bravo monsieur Thilliez, vous m'avez bien eue, me voilà accro !

 

   

Partager cet article

Repost 0

Noël...

Publié le par teparlerdemavie

 

 

Noël est derrière nous… l’attente fut longue, des semaines à cocher chaque jour et puis, en un clin d’œil, il passe et disparaît.

 

J’apprends à profiter du présent, à saisir l’instant, le temps d’une respiration, je m’arrête, j’observe autour de moi, les bras agités, les rires, les yeux pétillants et je savoure.

 

Je savoure chaque instant car je sais qu’il ne durera pas.

 

Je le saisis, je le garde, il est en moi pour toujours.

 

Ce fut un beau noël car j’ai su l’attendre sans impatience, avec juste ce désir de vivre les minutes qui nous séparaient de ce moment où nous allions crier, en chœur, joyeux noël !

 

Ce qui compte, c’est ce cœur qui bât plus vite l’espace de quelques minutes, peu importe l’attente, le plaisir était au rendez-vous.

 

J’espère que vous avez passé un agréable noël, tout en douceur…

 

Aussi beau que le mien, aussi fort que le nôtre.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Nos enfants, ces héritiers de notre passé.

Publié le par teparlerdemavie

2012-11-06T124822Z 1 APAE8A50ZKN00 RTROPTP 3 OFROE-FRANCE-P

 

 

J'ai lu et entendu, un peu partout autour de moi, des mamans exprimer leur position sur noël et l'attitude qu'elles ont vis à vis de leurs enfants sur le grand thème du moment : doit-on faire croire à son enfant que le père noël existe ou non ?

 

La majorité des discours tenus se rejoignent, on parle du désir de faire perdurer de génération en génération une tradition ancestrale, une magie, un rêve... Et puis, il y a quelques mamans pour qui le sujet est visiblement douloureux et qui disent qu'il faut cesser d'enfumer les enfants avec des mensonges absurdes.

 

Comme arguments, toutes celles que j'ai lues, ont avancé qu'elles avaient elles-mêmes, petites, été terriblement déçues en apprenant que le père noël n'existait pas, allant, pour certaines, jusqu'à parler de drame et qu'en conséquence elles ne souhaitaient pas que leurs enfants vivent la même chose.

 

Tout ceci est parfaitement compréhensible. Qui voudrait blesser son enfant ou lui faire vivre une douleur que l’on a soi-même ressentie ? Vouloir le protéger est ce qu’il y a de plus humain, non ?

 

Mais je crois qu'il y a un fait que l’on a souvent tendance à oublier : il ne faut pas confondre sa propre vie faites d'expériences parfois douloureuses avec celle de nos enfants.

 

Notre histoire est la nôtre, elle n'est pas celle de notre enfant.

 

Pour moi (je parle en mon nom, loin de moi l'idée de vouloir convertir qui que ce soit à ma vision de noël. Chacun fait comme il l'entend), le père noël fait partie intégrante de la magie de noël au même titre que le sapin, la crèche ou la bûche. C'est peut-être ringard aujourd'hui mais dans une société qui part à vau-l'eau j'estime important de garder l'espace d'une semaine ou deux, une part de rêve, d'insouciance. Pourquoi tout gâcher avec ses vieux souvenirs malheureux qui ne concernent que nous ? On peut aussi décider de faire autrement que ses parents et faire preuve de bien plus de tact quand arrive le moment de révéler à son enfant que le père noël n’existe pas (même si je suis convaincue qu’ils l’apprennent la plupart du temps par leurs amis plutôt que de la bouche de leur parent). La société a évolué, la relation parent-enfant aussi, on agit de façon bien moins brutale.

 

J'ai appris à ne plus être l'enfant de mes parents mais la maman de mes enfants. Et ça change tout car je ne réagis plus en tant qu’enfant blessé par mes parents mais en tant qu’adulte responsable de mes enfants. J’abandonne derrière moi mes peurs, mes angoisses qui étaient miennes pour ne pas les transmettre à mes enfants.

 

Je crois que ce serait le pire héritage que je pourrais leur transmettre.

 

Alors, je tiens à préciser qu'il n'est pas question pour moi de porter le moindre jugement. En tant que maman, j'ai été confrontée à cette idée de vouloir soustraire mes enfants de douleurs bien plus vives qu'une histoire de père noël. Ce qui m'a amené à réfléchir longuement à cette situation : peut-on espérer soustraire son enfant à une possible douleur ? Là, on parle du père noël, quelque chose sans gravité en somme mais qu’en est-il des autres expériences qu’un parent a vécu dans sa vie ?

 

Je me souviens de la phrase de ma thérapeute qui me disait : vous devez guérir les blessures de votre passé pour ne pas les transmettre à vos enfants.

 

On ne leur transmet pas seulement notre amour, notre envie qu'ils soient libres, et heureux, on leur transmet aussi notre histoire, nos peurs et nos angoisses. Et si nos blessures ne sont pas cicatrisées, si elles nous font souffrir encore aujourd'hui, des années plus tard rien qu'à la simple évocation, il est évident que nos émotions influenceront notre discours.

 

Nos enfants sont ce que nous avons de plus beau au monde, on croit toujours bien faire, on veut toujours bien faire, les aider à se construire en tant qu'être humain à part entière est le plus beau cadeau que nous puissions leur offrir.

 

Photo by Régis Duvignau (deviantart)  

Publié dans La joie d'être maman.

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 > >>