Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est la fête au village.

Publié le par teparlerdemavie

Funfair_by_breezeofdarkness.jpg

 

Chaque année, comme Noël est le 25 décembre, la St Valentin, le 14 février... la fête de notre village est le premier week-end de juillet.

 

3 jours de manèges, de pétanque, d'abrivado, de bandido (ça fait 20 ans que je vis dans le sud et je ne connais toujours pas la différence entre les deux), de bal (attention pas le bal de mémé avec accordéon -notez que je n'ai rien contre l'accordéon-, mais de vrais groupes de Rock qui savent mettre l'ambiance... en même temps, quand dans ton village de 3000 habitants il se passe un truc, t'es en joie!) et de beuverie!

 

Les festivités commencent à 14h avec les concours de pétanque (oui, en plein cagnard! On est des fous! Attention, faut pas te rincer le gosier avec un cru du coin sinon tu passes pas la journée).

 

On enchaîne avec l'abrivado, beau bordel général avec rues bloquées, lâché de taureau et grappe de couillons qui tentent de lui choper la queue. Puis, apéro (jusqu'à pas d'heure), fête foraine avec les bonnes odeurs de churros, frites et merguez (et quelques relents de bière) puis chenille, auto-tamponneuses... et tu termines la soirée en bougeant ton corps comme sur le dancefloor (mais là ta piste, c'est un bout de terrain entre l'église et la mairie) au rythme de la musique! Youhouuu!!! (oui, quand t'as un peu bu, à cette heure de la nuit, t'aime bien danser en lançant des youhouuu! et en balançant ton bras comme si tu voulais attraper un veau avec ton lasso!) Oui, je sais, ça fait peur!

 

Le lendemain c'est mal au cheveu, démarrage en douceur (un pastaga pour tout remettre d'aplomb) et rebelotte, on repart pour un tour.

 

Et si le lundi tu bosses, faudra pas t'en demander beaucoup!

Publié dans Te parler de ma vie.

Partager cet article

Repost 0

ça chatouille ou ça gratouille.

Publié le par teparlerdemavie

http://img.over-blog.com/470x600/2/59/64/59/images-2/images-3/images-3-0290-l-cha-copie.gif

Ah l’été… le soleil, la plage, son sable fin… et ses champignons ! 

J’ai eu la chance de passer une journée (oui, j’ai bien dit une, pas deux, pas dix, une seule et unique journée!) à la plage. C’était dimanche dernier, il faisait beau, il faisait chaud (logique), la mer était à peine agitée, un vrai moment de bonheur… sauf que…

… Je me suis chopée un put... de champignon qui m’a attaqué le cuir chevelu et depuis je me gratte comme une folle hystérique !

 

Mon homme, qui ne comprend pas le principe du « c’était cool mais… » (oui, pour lui, soit c’est bien, soit ça ne l’est pas !) a soupiré en m’entendant jurer qu’on ne m’y reprendrait plus, et m’a fait remarqué qu’il n’y avait que moi qui avait chopé cette merde !

Hannn ! C’était bas !

Cependant, il est vrai que sur les 5 membres que compose notre famille, je suis la seule à avoir été l’heureuse gagnante du « qui veut gagner le champignon ! ». Et je dois dire que ça m’a quand même un peu vexé ! 

En quoi mon cuir chevelu est-il plus attrayant que ceux de mes gosses (sûrement plus douillets que le mien, pauvre crâne quarantenaire)?

 

A moins que ce soit justement les crânes mal en point (je perds mes cheveux par poignées) qui les attire, les fourbes!

 

Et pourtant, non! Je n'ai pas creusé des trous dans le sable avec ma tête pour construire un magnifique château avec mon chevalier (entendez mon fils de 10 ans), je ne me suis pas non plus, comme le préconise les magazines bôôté, fait un gommage du cuir chevelu (paraît que c'est bon pour l'irrigation et que ça favorise la pousse du cheveu) avec une bonne poignée de sable humide infesté de microscopiques envahisseurs. Non, je n'ai rien fait de tout cela!

 

C'est quand même un peu la honte de se choper une mycose mais moins que des poux (du moins, c'est ce que je croyais)! Parce que bizarrement dès que tu en parles, ton interlocuteur en face de toi, prend une posture curieuse en reculant (repli instinctif) la tête en arrière. Comme si ton maudit champignon allait sauter sauvagement sur son crâne à lui!

 

15 ans de plage! Oui 15 années de vacances en bord de mer sans jamais choper le moindre truc (à part peut-être un coup de soleil ou deux mais ça ne compte pas) et là, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, la méga démangeaison! Et ta petite piqure de moustique qui te gratouillait (et dont tu te plaignais depuis deux jours), c'est de la gnognotte à côté (t'en viendrais presque à regretter de ne pas t'être fait attaquer par une horde de moustiques assoiffés de sang).

 

Et moi qui pensait qu'une mycose, ça ne se chopait qu'aux pieds...

 

La nature est chienne parfois! et faut bien l'avouer... elle a ses têtes!

 

Bon, j'vous laisse, j'vais me gratter!

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Le bonheur... simple comme un pommeau de douche.

Publié le par teparlerdemavie

not your ordinary showerhead by slumberbreeze-d3a72fl

 

Dans les vestiaires de ma salle de sport (il faudra que je vous parle un jour de mes aptitudes physiques et de la capacité étonnante de mon corps à se mouvoir dans l'espace. Du talent à l'état pur! C'en est une honte de ne pas l'exploiter plus à fond) il y a trois douches.

 

Trois misérables douches à peine plus grandes qu'une cabine téléphonique (image totalement abstraite pour les plus jeunes, je vous le concède) dont le dénominateur commun est « un pommeau de douche datant de la préhistoire » (c'est raccord avec la cabine téléphonique).

 

Le genre de pommeau à gicler partout sauf sur ta misérable tête. Mais qui ne t'empêche pas d'apprécier grandement cet instant délectable (pour ma part, c'est ce que je préfère dans ma salle de sport : la douche! Comme on dit après l'effort, le réconfort!)

 

Et lors de ma dernière séance de transpiration, (et il faut savoir que chez moi, 10 minutes de vélo elliptique suffisent à me faire dégouliner. D'ailleurs, j'ai tiqué, l'autre jour en voyant les filles sortir du cours de spinning -entre nous soi-dit, un truc de malade, le prof a voulu me faire poser le cul sur un de ces engins une fois, j'ai refusé direct- avec juste des minis auréoles aux dessous de bras! Pfff! Il y en a qui ne sont pas humaines!) quelle ne fut pas ma joie en découvrant ce magnifique pommeau de douche, rutilant comme les jantes d'une Ferrari. J'en étais émue aux larmes (faut dire que la semaine précédente, j'avais pris le jet d'eau froide en pleine poire alors que je n'étais même pas entrée dans le bac. De quoi vous gâcher votre plaisir!).

 

Je suis restée, sous le jet puissant (quelle efficacité!), béate de gratitude pour celui qui avait (enfin) investi dans ce magnifique objet, avec l'envie folle de chanter : Alléluia!!!!

 

Il y a des moments où il faut savoir apprécier pleinement ces petits bonheurs et reconnaître que malgré tout la vie est belle.

 

Vive le sport! Vive la douche après le sport!

Partager cet article

Repost 0

En option.

Publié le par teparlerdemavie

Roundabout by karlerikgj

 

Parfois, je me demande si certains constructeurs automobiles ne négligeraient pas un petit détail sur leurs véhicules. Un petit détail mais qui fait toute la différence : le clignotant !

 

Je vis dans une région où les ronds points poussent comme des champignons (ou comme des verrues plantaires après une journée passée à la piscine municipale de la commune de St Jean de la cruche). 

 

 Chaque jour, je prends ma voiture, je ralentis à l’approche d’un rond point et voyant un véhicule, je m’arrête (comme toute citoyenne respectueuse du code de la route et de ses congénères conducteurs) mais 9 fois sur 10, cette fichue voiture tourne à la sortie précédente sans utiliser un truc super sympa que t’as dans ta bagnole pour avertir l’abrutie qui prend la peine se s’arrêter, que tu tournes avant et que donc, elle (l'abrutie en question) aurait pu s’engager sans craindre l’accrochage !

 

Mais les clignotants doivent être en option sur certains véhicules, je ne vois que ça… ou alors, le je m’en foutisme de certains, voir le « je t’emmerde » leur donne tous les droits ! 

Mon homme a trouvé la parade, il s’engage direct et si jamais, au grand jamais, le véhicule sur le rond point ne tourne pas, il freine brutalement et ose me dire après que je lui ai crevé le tympan droit en poussant un « attention ! » tonitruant : « Il avait qu'à mettre son clignotant, le con!» (con, dont il fait parfois parti lui aussi!).  

 

Et que dire quand il s'agit d'un petit rond point et que le conducteur qui tourne, sans prendre la peine d'actionner son clignotant, te regarde droit dans les yeux et semble te dire : Quoi? Tu veux ma photo? » en toute innocence. 

Dans ces moments-là, si tu ne fais pas preuve d'une placidité Dalaï lamaesque, tu t'entends hurler un « connard » qui certes, n'est pas des plus distingué dans ta bouche de « femme-secrétaire de direction-maman » irréprochable mais fait un bien fou et t'évite le cancer des ovaires à 65 ans (oui, refoule ta colère et c'est le cancer des ovaires!)

Bien évidemment, on évite les jurons en présence des enfants, là, un simple geste de la main (voir d'un doigt), discret mais équivoque peut suffire à faire redescendre la pression.

A bon entendeur...

Partager cet article

Repost 0

Mon nom est... j'en ai marre!

Publié le par teparlerdemavie

Swim by tearsjamchains

J'ai un fils, de bientôt 11 ans, qui a la particularité d'en avoir toujours marre même quand tout va bien!

 

Dès le lever du lit, c'est :

 

- « j'en ai marre... »

 

- « de quoi? »

 

- « D'aller à l'école » (euh... comment dire... t'en es qu'au tout début de ta scolarité!).

 

- « De manger des légumes » (ceux que je prépare une fois par semaine et que je planque sous une tonne de gruyère?)

 

- « De faire mes devoirs » (tu veux surement parler de la demi page de lecture et de ces 3 opérations à effectuer... tu sais que tu passes en 6e?)

 

Et ça peut-être aussi :

 

- « j'en ai marre (il commence toujours ses phrases par j'en ai marre puis, il attend que je lui demande de quoi? Pour enfin me répondre) de la piscine! »

 

- « Pourtant tu adores nager! »

 

- « Oui mais là, on passe le brevet de sauvetage! »

 

- « Et alors? C'est bien de passer le brevet de sauvetage (oui, technique de pédo-psy, il faut répéter systématiquement ce que vient de dire ton gosse, histoire de lui faire cracher le morceau... et un peu... beaucoup... de garder son calme sans balancer direct : Va te plaindre un peu à ton père! Pourquoi c'est toujours moi que tu viens voir quand t'as besoin de râler comme un pou!).

 

- « ça va être trop dur! » (oui, mon fils sous-estime toujours ses capacités à franchir haut la main chaque épreuve de sa vie)

 

- « mais non, tu verras, ça va se faire tout seul! Quand j'avais ton âge, j'ai passé moi aussi mon brevet de sauvetage en piscine (petit mensonge au passage pour rassurer ma progéniture et clore le sujet) »

 

- « Et? » j'entends un début de soulagement dans sa voix (oui, mon fils sait que je nage aussi bien qu'une enclume)

 

« Et c'était trop facile! » (je sais pourquoi, j'ai un grand nez maintenant. Je me disais aussi qu'il s'agrandissait avec l'âge... en fait, l'âge n'a rien à voir avec ça!)

 

Et là, je crois avoir décroché enfin ma tranquillité quand il surenchérit (en s'affalant comme une m.... comme un enfant en proie à un horrible sentiment de désespoir, sur la table à mes côtés)

 

- «oui, mais si je dois faire des trucs trop durs? »

 

A ce stade, tu fais appel à toutes tes références (dans tous les domaines : lecture, télé, amies... même celles qui n'ont pas d'enfant mais qui se permettent toujours de donner leur avis!) pour garder ton calme et ne pas lui hurler que tu n'en as rien à faire de son fichu brevet de sauvetage qu'il va passer dans un bassin d'1m20 de profondeur!...

 

- « Des trucs trop durs, mon chéris, tu en feras tout au long de ta vie et des trucs même beaucoup plus durs que de passer un brevet de sauvetage en petit bassin en CM2 »

 

Bon, là, c'est sûr, ton môme tu sais qu'il va te ficher la paix pour un moment quand tu le vois partir en pleurant s'enfermer dans sa chambre.

 

Et il te faudra des montagnes de douceurs, de paroles rassurantes pour lui permettre de surmonter toutes ces angoisses alors que tu sais pertinemment, que son brevet, il l'aura les doigts dans le nez et qu'il rentrera à la maison, le torse bombé, la fierté triomphante et te sortira :

 

- « C'était trop fastoche, même un bébé de maternelle l'aurait eu ».

 

Et là, tu lui souriras, oui, j'ai dit : tu lui souriras, en omettant de lui rappeler combien il t'a cassé les pieds avec ce fichu brevet et tu le féliciteras chaleureusement comme toute maman, émue de voir son bébé devenir un homme!

 

Au prochain épisode, je vous parle de sa 2e phrase fétiche : « c'est trop pourri! » J'en ai de la chance d'avoir un fils aussi inspiré.

Publié dans La joie d'être maman.

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 > >>