Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

S'envoler.

Publié le par teparlerdemavie

S'envoler.

"Tout langage d'obligation, "je dois", "il faut", a pour effet immédiat de nous alourdir. Car nous sommes des êtres d'élan." Marshall Rosenberg.

Nos mots, ceux que nous prononçons sans y prêter attention, ont un impact bien plus puissant qu'on ne le pense sur notre façon d'agir et de réagir. Ayons conscience de ces poids inutiles que nous faisons porter à nos épaules. Ayons la parole juste, toujours dans l'indulgence et la simplicité.

 

LIEN PHOTO

Publié dans L'art de l'essentiel.

Partager cet article

Repost 0

Chaque jour est une leçon où l’on apprend de soi.

Publié le par teparlerdemavie

Chaque jour est une leçon où l’on apprend de soi.

Lorsque je lève le regard vers le sommet de la montagne qui symbolise celle que je suis, la pente paraît si abrupte et infranchissable. Mais si je porte mon regard devant moi, alors tout me paraît possible.

Apprendre de soi, un peu, chaque jour est le meilleur moyen pour avancer sans craindre l’impossible.

 

LIEN PHOTO

Partager cet article

Repost 0

Quand j'entends...

Publié le par teparlerdemavie

Quand j'entends...

Après mon article (ICI), j'ai lu et entendu des personnes, hommes et femmes confondus, énoncer la "bêtise" de faire de ce sujet (la fessée), une poussée émotionnelle inutile, voir pénible (quoi? On parle encore de ça?)

Voilà ma réponse à tous ceux qui sont convaincus qu'une fessée ou une gifle n'ont pas de conséquence sur l'enfant :

"Un enfant blessé dans son intégrité ne cesse pas d'aimer ses parents, il cesse de s'aimer lui-même." Jesper Juul.

Ces quelques mots expriment très bien mon ressenti. J'avais à coeur de les partager.

 

LIEN PHOTO

Partager cet article

Repost 0

Tragédie.

Publié le par teparlerdemavie

Google image

Google image

Je me suis levée ce matin et comme tous les matins, j’ai allumé la radio. Et là, stupeur ! J’apprends avec effroi le décès de 3 grands sportifs français dans un accident d’hélicoptère. Et un nom me tétanise, Camille Muffat. Cette gamine était à peine plus âgée que ma fille, elle portait le même prénom que ma fille. C’est juste terrible. J’imagine l’horreur que vivent les familles à l’heure qu’il est. Et que dire de la famille d’Alexy Vastine qui venait de perdre leur fille seulement âgée de 21 ans dans un terrible accident de voiture.

Comment peut-on mourir si jeune alors que la vie vient à peine de commencer? 

C’est mon cœur de maman qui sanglote ce matin, c’est mon cœur de femme qui vacille ce matin.

Cette horreur nous rappelle comme il est important d’aimer ceux qui nous sont proches, de leur dire, leur montrer avant qu’on ne puisse plus le faire.  

J’ai une pensée toute particulière pour les familles de toutes les victimes. Pour les mamans et les papas qui pleurent leurs enfants aujourd’hui. Et à tous ceux qui ont perdu un être cher.

 

Publié dans Libre expression.

Partager cet article

Repost 0

La page blanche...

Publié le par teparlerdemavie

La page blanche...

La semaine dernière, à deux reprises, j’ai manqué d’inspiration et la première fois a été pire que tout. J’ai commencé et effacé au moins 15 billets. J’ai tenté d’aborder plusieurs sujets différents mais aucun ne me convenait, aucun mot ne semblait « juste ». Alors, j’ai recommencé encore et encore, tout au long de la journée, jusqu’à ce qu’en fin d’après-midi, je sois suffisamment fière de mon texte pour le publier enfin.

Ouf ! Que ce fut laborieux !

Au fil des heures, la peur s’est immiscée en moi, j’ai craint la panne d’inspiration définitive, je me voyais m’éloigner de mon blog et l’abandonner comme je l’avais fait auparavant. Je me voyais fuir devant l’adversité, remballer mon bloc et mon stylo et les reléguer au fond de l’armoire, là où ils ne me renverraient pas ma lâcheté en plein visage.

C’est incroyable comme un tel sentiment de vide et de crainte peut se mettre en place si vite, en une seule journée. Et c’était presque intéressant d’étudier, avec un regard extérieur au conflit qui bataillait en moi, mes émotions affluer avant de refluer comme le calme après la tempête. Je me suis sentie secouée, ballotée, partir à la dérive puis, retrouver la paix en moi car, cette fois, je n’avais rien lâché.

ça peut paraître exagéré de se mettre dans un état pareil pour un simple article de blog mais derrière cet acte, il y a quelque chose de bien plus fort. Je me suis confrontée à l’une de mes peurs (j’en parle ICI) et je l’ai surmontée. Je n’ai pas lâché et fui, au contraire, je l’ai regardé en face et j’ai réussi. Cela a réveillé en moi un tel soulagement que 2 jours plus tard lorsque je me suis retrouvée « muette » face à ma page blanche, je n’ai pas paniqué, j’ai juste accepté de prendre le temps que les idées et les mots remontent tranquillement à la surface.

Il y a presque un avant et un après. Et une chose est sûre : c’est se confronter à nos peurs et parvenir à les dépasser qui nous rend plus fort. Nos peurs prennent leur source dans notre mental, elles ne sont rien d’autres que des illusions, des monstres imaginaires qui paraissent bien plus gros et effrayants dans le noir mais une fois en plein jour, ils perdent de leur pouvoir d’épouvante. 

 

LIEN PHOTO

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>